Le président de la République s’est entretenu ce matin avec l’épouse du citoyen portugais blessé dans les attentats de la ville de Palma, au Mozambique, confirmant que les blessures qu’il a subies sont « moins graves » qu’on ne le craignait initialement.

Dans une note publiée sur le site Internet de la présidence, il est dit que Marcelo Rebelo de Sousa « continue de suivre avec inquiétude la situation dans le nord du Mozambique, notamment à la suite de l’attaque terroriste contre la ville de Palma, près de Pemba ».

«Le président Marcelo Rebelo de Sousa s’est entretenu, ce matin, avec l’épouse de nos blessés lors de cette attaque, et c’est [retirado] à Johannesburg pour un traitement médical et, heureusement, les blessures qu’il a subies ont été moins graves que ce qui était initialement craint », ajoute le texte.

Samedi, le chef de l’Etat avait déjà déclaré que les blessures du citoyen portugais secouru à Palma seraient « moins graves » que prévu initialement.

Marcelo Rebelo de Sousa a ensuite déclaré qu’il suivait, avec le gouvernement, en particulier le ministre d’État et des Affaires étrangères, Augusto Santos Silva, l’évolution de la situation à Palma, où le citoyen portugais a été gravement blessé lors d’une opération de sauvetage avec les projets de gaz naturel de Cabo Delgado, au nord du Mozambique.

«Nous avons tous également suivi les préoccupations des membres de la famille de nos compatriotes qui étaient là ou sont là, soit au service humanitaire, soit au service des communautés pour effectuer certains services pour ces communautés», a déclaré le Président de la République, sur le en marge d’une initiative pour marquer la Journée mondiale du théâtre, au Palais de Belém, à Lisbonne.

Outre l’implication possible de citoyens portugais, « la situation la plus complexe implique beaucoup plus de ressortissants de différents pays » et est également « surveillée à chaque instant », a admis le chef de l’Etat portugais.

Marcelo Rebelo de Sousa a également déclaré que «tout ce qui a été rendu public reflète de manière très fiable la situation vécue» par les Portugais à Cabo Delgado, «dans le nord de l’État frère du Mozambique».

Environ 200 personnes se sont réfugiées à l’hôtel Amarula de Palma depuis mercredi après-midi, date à laquelle l’attaque armée contre le village a commencé.

Parmi eux se trouvent des travailleurs de diverses nationalités liées aux sociétés travaillant sur le projet gaz naturel mené par la compagnie pétrolière française Total, une société qui a entre-temps suspendu les opérations d’exploration gazière sur le site.

SMA (EO / MHC / GC / LFO) // ROC

Le Président de la République s’est entretenu avec la femme portugaise blessée et confirme que les blessures «moins graves» apparaissent en premier à Visão.