Cet hommage à Ruben A. a été rendu public ce soir par le biais d'une note sur le site Internet de la Présidence de la République.

«Lors d'une cérémonie restreinte, qui a eu lieu à la Casa Allen à Porto, le Président de la République, après avoir pris la parole, a remis l'insigne à la fille de la personne honorée, Alexandra leitão, avec son fils, Nicolau Leitão, le remerciant au nom de la famille si dans la note.

L'Ordre militaire de Sant'Iago da Espada vise à distinguer les mérites littéraires, scientifiques et artistiques.

Les célébrations du centenaire de la naissance de Ruben A. ont le haut parrainage du Président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, qui signe la préface d'une nouvelle édition de l'autobiographie de l'écrivain, «O Mundo à Minha Busca», qui la rassemble en une les trois volumes originaux, récemment lancés par Assírio & Alvim.

«Oui, Ruben A. a vécu dans le mauvais pays et a vécu en dehors de son temps. Parce qu'il vivait dans un Portugal qui ne comprenait pas cet homme, cet homme cultivé, cet homme radicalement indépendant, cet homme obstinément éloigné des groupes, chapelles, chaînes, alignements, étiquettes, cet écrivain qui, en écrivant sur lui-même, il écrivait sur les autres, en racontant son monde, il décrivait le Portugal de son temps, celui qui ne le comprenait pas, et donc il préférait l'ignorer, faire semblant qu'il n'existait pas », écrit Marcelo Rebelo de Sousa dans préface.

Le chef de l'Etat décrit Ruben A. comme quelqu'un qui "aimait argumenter, diverger, créer et recréer, faire un iconoclaste, choquer les esprits soignés et sages, opposés aux plus grosses bosses".

«Il aurait dû mériter, non seulement pour quelques instants, mais toujours et pour toujours, une place incontestée dans les recensements des visionnaires, de ceux qui se détachent de l’immédiat, de ceux qui pensent et écrivent si différemment qu’ils planent au-dessus ou du moins à côté catégories avec lesquelles nous avons catalogué et catalogué les temps et les écrivains de notre ville », défend Marcelo Rebelo de Sousa.

Né le 26 mai 1920 à Lisbonne, Ruben Alfredo Andresen Leitão, pseudonyme Ruben A., cousin de l'écrivain Sophia de Mello Breyner Andresen, diplômé en sciences historiques et philosophiques de l'Université de Coimbra et a enseigné la langue et la culture Portugais à l'Université de Londres, entre 1947 et 1952.

Il débute en 1949 avec «Pages», un mélange de journal intime et de fiction, un texte qui paraîtra au cours des années suivantes, en six volumes.

A noter également les romans "Caranguejo", de 1954, écrit à l'envers, sans numéros de page, et "A Torre da Barbela", de 1964, dans lesquels l'auteur fusionne la fiction biographique et la fiction historique.

La seconde moitié des années 1960 a été marquée par la publication des trois volumes autobiographiques "O Mundo à Minha Busca".

Il a été décoré le 9 juillet 1973 du grade de Commandeur de l'Ordre de l'Enfant.

Quelques mois avant sa mort, il a été invité à enseigner à l'Université d'Oxford.

Il est décédé à Londres, le 26 septembre 1975, à l'âge de 55 ans, victime d'une crise cardiaque.

IEL (AL) // SF

Le contenu du président de la République décoré à titre posthume de l'écrivain Ruben A. apparaît en premier à Visão.