« C’est une excellente nouvelle et c’est quelque chose que le monde doit au secrétaire général des Nations unies, qui a travaillé très intensément sur cet accord, ainsi qu’à la Turquie, qui a joué un rôle clé », a déclaré le chef de la diplomatie à Lusa. .

« Mais, bien sûr, signer les accords ne suffit pas. Il est nécessaire de respecter les accords, nous garderons donc les yeux sur la Russie », a ajouté Gomes Cravinho, rappelant que, dans d’autres moments récents, notamment dans les accords pour la création de couloirs humanitaires dans la guerre d’Ukraine, Moscou n’a pas respecter sa parole.

« Nous avons ce souci. La Russie a montré à plusieurs reprises qu’elle ne tenait pas parole », a déploré Gomes Cravinho.

L’Ukraine et la Russie ont signé aujourd’hui des accords séparés avec la Turquie et l’ONU pour débloquer l’exportation d’environ 25 millions de tonnes de céréales piégées dans les ports de la mer Noire.

Lors d’une cérémonie qui s’est tenue au palais de Dolmabahçe, dans la ville turque d’Istanbul, avec le partenariat de la Turquie et de l’ONU, deux documents ont été signés – l’Ukraine ayant refusé de signer le même document que la Russie – et l’accord devait être en vigueur pour quatre mois, étant toutefois renouvelable.

João Gomes Cravinho a souligné l’importance de ces accords, non seulement pour la sécurité alimentaire, mais aussi pour permettre l’accès aux engrais, « qui sont fondamentaux dans de nombreuses régions du monde ».

« Ces accords montrent également que la diplomatie, même dans ces circonstances difficiles, parvient à produire des résultats », a déclaré Gomes Cravinho à Lusa, à l’issue d’une visite officielle au Pérou.

Le chef de la diplomatie portugaise a dit comprendre le fait que l’Ukraine ait refusé de signer un accord directement avec la Russie, forçant la signature séparée d’un « accord miroir » entre la Turquie et les Nations unies et Moscou.

« Je comprends que les Ukrainiens ont le plus de mal à signer un document en commun avec la Russie. C’est un pays qui les envahit et qui a violé les accords écrits internationaux.

Tout en reconnaissant que l’Europe n’est pas l’un des continents directement touchés par le manque de céréales, Gomes Cravinho souligne les avantages du déblocage des céréales des ports ukrainiens pour contrôler l’inflation en Occident.

« L’Europe n’avait pas cette menace directe. Mais, du point de vue portugais, on ne peut pas s’empêcher de s’inquiéter pour les autres pays du monde (…) et cela soulage la pression sur les prix », a admis le chef de la diplomatie portugaise.

Gomes Cravinho dit avoir parlé de ces accords avec le Secrétaire général de l’ONU, lorsqu’António Guterres était à Lisbonne, récemment, pour la Conférence sur l’océan, ayant réalisé la complexité du processus, ainsi que les difficultés de la négociation diplomatique sur une question critique. .

La Russie a lancé le 24 février une offensive militaire en Ukraine qui a tué plus de 5 100 civils, selon l’ONU, qui prévient que le nombre réel risque d’être beaucoup plus élevé.

L’offensive militaire russe a fait fuir plus de 16 millions de personnes, dont plus de 5,9 millions ont fui le pays, selon les derniers chiffres de l’ONU.

L’organisation internationale a observé le retour de personnes sur le territoire ukrainien, mais prévient que de nouvelles vagues de déplacement sont prévues en raison de l’insécurité et du manque d’approvisionnement en gaz et en eau dans les zones touchées par les affrontements.

Toujours selon les Nations Unies, plus de 15,7 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire en Ukraine.

L’invasion russe a été condamnée par la communauté internationale dans son ensemble, qui a réagi en envoyant des armes à l’Ukraine et en renforçant les sanctions économiques et politiques contre Moscou.

RJP (PMC) // PDF