1-1-e1669908198824-png
le-portugal-ne-produit-pas-de-petrole-mais-peut-exporter

Le Portugal « ne produit pas de pétrole » mais peut exporter de l’hydrogène

« Le Portugal ne produit pas de pétrole, mais il a du soleil et du vent qui peuvent être exportés », a déclaré Pedro Nuno Santos aux journalistes en marge de la signature du protocole d’accord pour le projet H2Sines.RDAM, pour le développement d’un hydrogène vert. corridor logistique qui reliera, par voie maritime, les ports de Sines (Setúbal) et de Rotterdam (Pays-Bas).

Selon le responsable, le pays doit « profiter » de la « capacité à produire de l’énergie à partir de sources renouvelables, notamment grâce au solaire et à l’éolien, et exporter cette énergie, transformée en hydrogène vert, vers l’Europe centrale et septentrionale ».

« Ce corridor logistique qui commence à se construire nous donnera cette opportunité, donnant au Portugal un rôle central dans ce qui est le plus grand défi de l’humanité : la transition environnementale et énergétique dans laquelle nous sommes tous impliqués », a-t-il déclaré.

Ainsi, pour Pedro Nuno Santos, l’engagement en faveur de la décarbonation et de la transition énergétique est aussi « une grande opportunité économique pour le Portugal », plaçant « Sines au centre de ce grand défi mondial ».

Dans un communiqué, l’Administration des ports de Sines et de l’Algarve (APS) a expliqué que le projet, développé par un consortium qui comprend les multinationales ENGIE, Shell, Vopak et Anthony Veder, « vise à produire de l’hydrogène vert dans une unité » qui sera installé dans la Zone Industrielle et Logistique de Sines.

L’hydrogène sera ensuite converti « en H2 liquide, par un procédé de liquéfaction » pour être exporté du port de Sines vers le port de Rotterdam « dès 2028, avec comme clients finaux des entreprises de transport de poids lourds ».

S’adressant à l’agence Lusa, le président du conseil d’administration de l’APS, José Luís Cacho, a estimé qu’il s’agissait « d’une autre pièce importante » qui « pourrait placer Sines à un niveau différent en termes européens ».

« Et ce partenariat avec le port de Rotterdam nous donne une centralité dans ce domaine de l’hydrogène que nous n’avions pas », a-t-il reconnu.

Pour le transport de l’H2 liquide, « un navire dédié à l’hydrogène sera construit entre Sines et Rotterdam », a précisé le responsable du port de l’Alentejo.

Ce projet fait suite à la signature d’un protocole d’accord entre les gouvernements portugais et néerlandais en 2020, dont le périmètre consiste en l’aménagement d’un corridor maritime stratégique pour la circulation de l’hydrogène entre les deux pays.

HYN // CSJ

Articles récents