Le ministre d’État, de l’Économie et de la Transition numérique a présenté ce mardi la nouvelle campagne de promotion du Portugal, à l’extérieur et à l’intérieur : « Tempo de Ser | Time to Be », centré sur cinq atouts nationaux : la mer, la culture, la gastronomie, la nature et les hommes.

Pedro Siza Vieira a expliqué que le pays est prêt à franchir cette étape dans sa projection nationale et internationale alors que les frontières aériennes et terrestres ont été rouvertes, ainsi que la plupart des activités économiques. « Cette campagne s’inscrit dans notre plan de réactivation touristique et cherche à convertir en business la notoriété de cette marque que nous avons bâtie au cours des dernières années », a-t-il déclaré, dans son discours de lancement, à Arouca.

Le ministre de l’Economie a rappelé que le développement du secteur s’est effectué Diversification des produits, lutte contre la saisonnalité et diversification des destinations, vecteurs qui s’inscrivent dans la stratégie du tourisme jusqu’en 2027.

« Le Portugal est aujourd’hui une destination touristique de grande valeur. Nous avons surtout pris de la valeur. Nous avons augmenté le prix des produits et la capacité de conserver des revenus dans notre pays. De tous les pays méditerranéens, c’est le deuxième pays avec le plus de revenus par visiteur étranger. Les touristes étrangers qui nous visitent laissent plus d’argent au Portugal que ceux qui visitent l’Italie, la Grèce, la Turquie ou d’autres pays européens plus développés, comme la France », a-t-il déclaré.

Pedro Siza Vieira garantit que le Portugal se fraye un chemin vers la notoriété internationale, ce qui est corroboré par le fait qu’en 2019, il a enregistré le plus haut niveau de touristes étrangers et de revenus du secteur.

La nouvelle campagne de Turismo de Portugal vise à véhiculer ce message de confiance et à (re)stimuler la demande, pour positionner le pays comme une destination de choix en termes de préférences. Et le choix d’Arouca pour la présentation était dû, en grande partie, à la visibilité mondiale que le nouveau pont piétonnier suspendu a donné au pays. De l’avis du ministre, il est même devenu un « symbole de notoriété internationale ».

Le secteur du tourisme se redresse mais est encore loin des niveaux d’avant la pandémie, selon l’Institut national des statistiques. En avril, il y avait 460 000 hôtes et 946,8 milliers de nuitées ce mois-là, ce qui correspond à des variations de 762,6% et 510,8%, respectivement, par rapport à la même période en 2020, où l’activité touristique avait pratiquement cessé. Cependant, par rapport à avril 2019, le nombre de clients a connu une baisse impressionnante de 80,3%, tandis que les nuitées ont diminué de 84,2%.

En mise à jour