« La règle est simple: chacun de nous doit rester chez lui », a annoncé le Premier ministre, António Costa, à l’issue du Conseil des ministres, ce mercredi. Le Portugal retourne à l’isolement général, comme il l’a fait en mars et avril. Puisque – contrairement à ce qui s’est passé au cours des premiers mois de la pandémie – les écoles ne fermeront pas.

« Il y a des exceptions, car nous ne pourrons pas aller à l’épicerie pour faire les courses dont nous avons besoin, nous ne pourrons pas aller au travail si nous devons aller travailler, mais la règle est de rester à la maison », a expliqué António Costa.

Les nouvelles mesures restrictives prennent effet à 00h00 ce vendredi, ont « un horizon d’un mois » et « sont essentiellement les mêmes que celles qui étaient en vigueur en mars et avril, à une exception près qui concerne le calendrier démocratique des élections présidentielles. , le 24 janvier, et avec la nécessité de ne pas revenir sacrifier la communauté étudiante actuelle. Nous conserverons donc tous les établissements d’enseignement tels qu’ils fonctionnaient jusqu’à présent. Je sais que c’est un thème qui divise la communauté scientifique, mais qui unit la communauté éducative », poursuit le directeur général.

Télétravail obligatoire et amendes pour non-conformité doublées

En matière de travail, «le télétravail est imposé, sans qu’il soit nécessaire de conclure un accord entre l’employeur et le travailleur. Le télétravail est obligatoire, dans la mesure du possible », a déclaré le Premier ministre.

Cependant, la violation de cette règle, ainsi que le non-respect de l’utilisation d’un masque sur la voie publique, seront punis d’une amende deux fois supérieure à l’actuelle.

Supermarchés, services et tribunaux ouverts

Les supermarchés, les services publics, les cabinets de dentistes et de pharmacies, les églises et les tribunaux restent ouverts – en plus des écoles. Les commerces (commerces, restaurants, cafés, bars, coiffeurs) devront fermer, tout comme les espaces culturels.

Costa a tenu à dire qu’il est conscient de l’impact de ces mesures sur la vie des Portugais et sur l’économie, se rappelant cependant «que la vie n’a pas de prix». Le Premier ministre a garanti que le soutien «sera renouvelé»: «Toutes les activités qui seront fermées auront accès à la mise à pied simplifiée».

Le pays reste en état d’urgence, au moins, jusqu’au 30 janvier. Le Parlement a approuvé le renouvellement ce mercredi matin, avec des votes favorables du PS, du PSD, du CDS-PP, du PAN et de la députée non inscrite Cristina Rodrigues.

En mise à jour

Le contenu du Portugal entre dans un confinement similaire à celui de mars à partir de vendredi. Mais toutes les écoles sont ouvertes apparaît en premier dans Vision.