1-1-e1669908198824-png
35871770_wm-3336969-4562101-jpg

Le Portugal en contact avec la France pour accueillir « rapidement » 25 migrants de l' »Ocean Viking »

« Nous travaillons avec les autorités françaises pour que tout se déroule le plus rapidement possible. Il y a, évidemment, des processus qui doivent être pris en charge, il y a tout un travail de préparation et d’accueil qui est fait par les entités qui ont des responsabilités en la matière et, par conséquent, je crois que nous pourrons rapidement recevoir et accueillir ces 25 personnes », a déclaré la secrétaire d’État à la Protection civile, Patrícia Gaspar.

S’adressant à des journalistes portugais à Bruxelles à l’issue d’une réunion extraordinaire des ministres de l’Intérieur de l’Union européenne (UE) et de l’espace Schengen, le responsable a souligné la « posture parfaitement solidaire [de Portugal] avec les pays les plus touchés par ce problème ».

« Nous avons pris l’engagement politique d’accueillir 25 des migrants qui se trouvaient à bord du navire ‘Ocean Viking’, en soutien aux autorités françaises et en étroite coordination avec ces autorités », a énuméré Patrícia Gaspar.

Dans cette réunion extraordinaire, selon le responsable, « un engagement très sérieux a été établi dans le sens de travailler ensemble pour réagir et pouvoir faire face à ce défi des routes migratoires ».

Les ministres de l’intérieur de l’UE et de l’espace Schengen se sont réunis aujourd’hui à Bruxelles pour discuter de la situation sur toutes les routes migratoires vers et à l’intérieur de l’Europe et des mesures communes à adopter.

Le conseil extraordinaire des ministres de l’intérieur, convoqué par la présidence semestrielle tchèque du Conseil de l’UE, a réuni les pays tiers qui composent l’espace Schengen — Islande, Liechtenstein, Norvège, Suisse —, et a été programmé après un différend diplomatique entre l’Italie et la France déclenchée par le refus de l’Italie d’accueillir un navire de secours humanitaire.

Le récent refus du nouveau gouvernement italien d’accueillir le navire humanitaire « Ocean Viking » de l’organisation non gouvernementale (ONG) SOS Méditerranée, avec à son bord plus de 200 migrants secourus en Méditerranée, a relancé le débat sur la migration problèmes au sein du HUH.

Les migrants seront ensuite accueillis en France, mais l’affaire « Ocean Viking » finit par déclencher une crise diplomatique entre Paris et Rome, les autorités françaises réclamant des initiatives européennes pour un meilleur contrôle des frontières extérieures de l’UE.

Lors de la réunion d’aujourd’hui, parallèlement au nouveau pacte sur la migration et l’asile – que la Commission européenne a présenté le 23 septembre 2020 -, un récent plan d’action a été discuté, qui comprend 20 mesures concrètes pour répondre aux défis de la route méditerranéenne centrale, qui couvre l’Italie, et d’apporter des réponses communes à une augmentation généralisée des flux migratoires.

La politique d’asile est la manière dont l’UE organise la capacité des États membres à répondre aux migrants qui arrivent aux frontières extérieures de l’UE et demandent l’asile.

L’Italie est couverte par la route dite de la Méditerranée centrale, l’une des routes migratoires les plus meurtrières, qui part de la Libye, de l’Algérie et de la Tunisie vers l’Europe, à savoir les territoires italien et maltais.

Plus de 50 000 personnes sont mortes depuis 2014 sur les routes migratoires, la plupart tentant de rejoindre l’Europe, a annoncé mercredi l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Plus de la moitié des 50 000 décès documentés par l’OIM ont eu lieu sur des routes vers et à l’intérieur de l’Europe, la mer Méditerranée faisant au moins 25 104 morts.

ANE (IG) // SCA

Articles récents