Dans une communication intitulée « Opération d’été », envoyée aujourd’hui aux travailleurs et à laquelle Lusa a eu accès, le président exécutif de TAP, commence par souligner que, bien que les « vents » soient encore « instables », « il y a déjà une lueur au bout du tunnel » face à une reprise plus rapide que prévu du secteur de l’aviation et du tourisme.

Pour autant, précise Christine Ourmières-Widener, « dans l’immédiat, l’opération de cet été est indispensable pour booster les bonnes performances de la TAP et garantir les résultats convenus avec les institutions européennes, soulignant que seules les compagnies aériennes « agiles et capables de répondre à cette vague exceptionnelle ». de la demande refoulée, plutôt que d’être submergés par elle, ils pourront prospérer, voire survivre.

Une telle réponse « nécessitera un effort de nous tous » et « nous risquons de le regretter si nous ne profitons pas au maximum de l’opportunité qui s’offre à nous », estime le PDG de TAP.

Rappelant qu’en raison des Accords d’Urgence signés avec les travailleurs et du Plan de Restructuration approuvé à Bruxelles, « la TAP est restée solvable et peut continuer son fonctionnement », le PDG classe l’effort quotidien de tous ceux qui sont en première ligne, mais dit que les annulations et les dégâts qu’elles occasionnent, « rendent le changement de parcours beaucoup plus difficile et prolongé ».

« Le rétablissement intégral prévu et souhaité du salaire est l’une des principales priorités de ce comité exécutif et fait partie de notre mission de redressement de notre entreprise », lit-on dans la même communication aux travailleurs, Christine Ourmières-Widener soulignant que cela ne sera que faisable si la TAP est en mesure d’atteindre les objectifs financiers auxquels elle s’est engagée avec Bruxelles.

« Si l’entreprise n’est pas en mesure d’atteindre ses objectifs financiers, la Commission européenne reverra son agrément et cet objectif sera compromis. Mais s’ils sont dépassés, alors nous pourrons revoir et peut-être anticiper les calendriers du Plan de Restructuration », précise le PDG.

Dans ce contexte, « il y a un bénéfice potentiel pour tous si nous sommes capables de capitaliser sur les opportunités qui se présentent en 2022 », souligne Christine Ourmières-Widener, invitant tous ceux qui sont en première ligne de l’opération à envoyer leurs commentaires et suggestions sur les clés. des questions telles que « qu’est-ce qui retient l’équipe TAP », que peut-on faire de plus et quelles sont les opportunités qui pourraient manquer.

Le « feed-back » des travailleurs, explique le PDG, peut se faire de manière confidentielle, à votre adresse e-mail, avec la promesse que vous « examinerez personnellement toutes les suggestions ».

LT // EA