Le Parti communiste portugais (PCP) a soumis au Parlement des propositions visant l’éducation. Parmi les mesures proposées figure la fin des examens de 9e année.

Dans le projet de loi n° 227/XV/1, le PCP rappelle qu’« en janvier 2022, le Gouvernement a publié le décret-loi n° des grades finaux, y compris ceux de la 9e année, sans préjudice du fait qu’ils ne sont pas pris en compte, dans ce année scolaire, aux fins d’évaluation, d’approbation et d’achèvement de la formation de base ».

Les communistes rappellent également que le Gouvernement considère « que les examens sont pertinents pour l’équilibre des apprentissages et la contribution à la poursuite, en 2022-2023, de la mise en œuvre soutenue du Plan 21|23 Escola+, restant aux fins d’approbation et d’achèvement. de l’éducation de base que le résultat obtenu lors de l’évaluation interne ».

« Bien qu’il soit important de comprendre les impacts du fonctionnement atypique de l’année scolaire 2021-2022 et de la précédente, à situation exceptionnelle, il convient de trouver des solutions exceptionnelles, et pas seulement de maintenir le calendrier des épreuves comme s’il s’agissait d’une normale ». année scolaire », souligne le parti dirigé par Jerónimo de Sousa.

PCP recommande de valoriser les employés et d’embaucher des psychologues dans les écoles

Dans une autre recommandation, cette fois un projet de résolution, le PCP appelle à l’adoption de mesures pour valoriser l’éducation et les travailleurs des écoles publiques. « Les écoles publiques sont fondamentales pour le progrès du peuple et pour le développement du pays. Cependant, l’école publique ne se défend pas qu’avec de bonnes intentions.
Il est défendu avec des investissements, avec plus de travailleurs, avec de meilleures conditions pour ceux qui y travaillent ou y étudient », souligne le PCP dans le document.

Quant aux psychologues, les communistes défendent, dans un projet de loi, leur embauche et leur placement dans les établissements publics d’enseignement. « L’impact positif des psychologues en milieu scolaire est dûment reconnu, notamment dans des domaines tels que : la santé mentale globale de la communauté éducative ; une éducation sanitaire efficace; amélioration de l’apprentissage; prévention de l’abandon, de l’insécurité et de l’indiscipline », soulignent les communistes.

Aux autres propositions s’ajoute une mesure visant à « réduire le nombre d’élèves par classe en vue d’améliorer le processus d’enseignement-apprentissage ». « Il est essentiel de renforcer l’accompagnement des étudiants et cela n’est possible qu’avec le renforcement du nombre de professionnels à tous les niveaux », précise le PCP qui dans le projet de loi, rappelant également qu’une classe de 1er cycle doit avoir 19 ans, alors que la classe de 5e à la 9e devrait avoir un maximum de 20 élèves.