Les députés votent aujourd’hui, au parlement, le diplôme du gouvernement pour limiter les marges carburant, ainsi qu’une série d’autres propositions sur l’énergie, qui relèvent de la responsabilité de plusieurs partis.

En juillet, le Gouvernement a approuvé en Conseil des ministres (CM) une proposition de loi qui permettra à l’exécutif de limiter les marges dans la vente de carburants par le biais d’une ordonnance, s’il considère qu’elles sont trop élevées « sans justification », selon le ministre de l’Environnement.

Lors d’une conférence de presse, João Pedro Matos Fernandes a indiqué que ce diplôme, qui couvre également les bouteilles de gaz, serait transmis à l’Assemblée de la République, soulignant que la mesure sera « limitée dans le temps ».

Ce projet de loi vise à « donner au Gouvernement un outil pour que, lorsque les marges dans la vente de carburants et de bouteilles de gaz s’avèrent anormalement élevées et sans justification, ce pouvoir, par décret, de limiter ces mêmes marges », a précisé le gouvernement. officiel. .

« Une fois approuvé [a proposta de lei], le Gouvernement aussi, toujours à l’écoute de l’ERSE [Entidade Reguladora dos Serviços Energéticos] et l’Autorité de la concurrence, par arrêté, toujours pour des périodes limitées dans le temps, qui j’imagine un mois, deux mois, fixent administrativement la marge maximale pour la vente de carburants », a déclaré João Matos Fernandes.

Le responsable gouvernemental a rappelé que cette marge est « aussi une somme de marges liées au transport, au stockage, à la distribution en gros, à la distribution au détail elle-même », et ces valeurs de référence « continuent d’être calculées au jour le jour par l’ENSE. [Entidade Nacional para o Setor Energético]”.

« Une fois ce projet de loi approuvé, nous avons cet outil », a-t-il déclaré, assurant qu’aujourd’hui « l’État n’a aucune possibilité » d’intervenir pour limiter les prix des bouteilles de carburant et de gaz.

En plénière, seront également votés trois projets de loi PCP, visant à établir un régime exceptionnel et temporaire de prix maximaux pour les combustibles liquides, un régime de prix maximaux pour le gaz et des allégements fiscaux sur l’électricité produite à partir de sources d’énergie renouvelables, ainsi que d’autres mesures visant à contrer l’inflation croissante du prix de l’électricité.

Le CDS, à son tour, présentera au parlement un projet de loi visant à supprimer l’augmentation de la taxe sur les produits pétroliers (ISP) et le Bloc de gauche propose l’introduction d’un régime de prix maximum des carburants et de mesures anti-spéculatives dans la formation des prix des carburants.

ALYN // JNM