Le parlement russe a annoncé lundi qu’il discuterait d’un projet de loi qui imposerait des restrictions encore plus strictes à ce que le Kremlin appelle la « propagande » homosexuelle.

Le portail Internet de la Douma a annoncé avoir reçu un projet de loi réclamant l’extension de l’interdiction, votée en 2013, à « la promotion de relations sexuelles non traditionnelles » avec des mineurs.

Présenté par un groupe multipartite de six députés, communistes et conservateurs, le projet de loi interdirait de débattre publiquement des relations entre les personnes de la communauté LGBTI+ (Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Transgenres, Intersexes et autres) de manière positive ou neutre, comme ainsi que tout contenu LGBTI+ dans les cinémas.

Le 8 juillet, Vyacheslav Volodin, le chef du parlement russe et allié du président Vladimir Poutine, avait préconisé une large interdiction de divulguer des informations sur les relations LGBTI+.

« Avec le départ du Conseil de l’Europe, les exigences de légalisation des mariages homosexuels en Russie appartiennent désormais au passé. Les tentatives d’imposer des valeurs externes à notre société ont échoué », a écrit Volodine sur la plateforme de messagerie Telegram.

La Russie s’est retirée du Conseil de l’Europe, un organe des droits de l’homme, en mars.

Les personnalités pro-Kremlin ont décrit à plusieurs reprises la guerre en Ukraine comme une bataille contre les «valeurs occidentales», qui, selon elles, incluent les droits de la communauté LGBTI+.

Lundi également, Poutine a officiellement limogé le représentant de la Russie à la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH).

Le 12 juillet, l’instance européenne basée à Strasbourg (France) a estimé que la Russie avait violé l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme, sur le droit au respect de la vie privée et familiale, en refusant la possibilité de se marier à trois homosexuels russes. des couples.

En juin, le président russe avait proclamé la Russie exemptée de l’exécution des jugements de la CEDH.

En Russie, la violence contre les homosexuels est fréquente et est alimentée par des ailes conservatrices et religieuses.

La loi de « propagande » anti-gay de 2013 a servi de prétexte pour interdire les marches de la fierté gaie et l’affichage des drapeaux arc-en-ciel.

Depuis 2020, la Constitution russe précise également que le mariage est une union entre un homme et une femme, interdisant ainsi le mariage homosexuel.