L’Assemblée de la République va lever une partie des restrictions imposées par la pandémie de covid-19 dès lundi, les 230 députés pouvant retourner en plénière, mais en maintenant l’usage obligatoire du masque.

Dans le document rendu public ce mercredi par les services parlementaires, il est stipulé que les mesures entrent en vigueur le 11 octobre et qu’elles seront revues « lorsque la situation sanitaire le justifiera ».

La semaine dernière, dans un document de travail distribué aux parties auxquelles Lusa avait accès, il était défini que les mesures seraient appliquées jusqu’en février, mais la version finale ne contenait pas de date définitive.

Parmi les principaux changements au Parlement dès lundi, il y a la fin des limitations de présence des députés en plénière.

Actuellement, la plénière ne fonctionnait qu’avec la moitié des députés, après s’être réunie, dans les phases les plus critiques de la pandémie, avec seulement un cinquième des parlementaires, 46.

« La plénière se réunit désormais sans limitation de capacité, conformément au règlement intérieur », renvoient aux nouvelles règles, qui suppriment la possibilité pour les députés de participer aux séances plénières par visioconférence, sauf lorsque l’isolement a été déterminé par une autorité sanitaire.

Dans le document final (qui ne figurait pas dans le texte initial), il est prévu que les députés élus par les Régions autonomes et par les cercles d’émigration (depuis l’Europe et hors d’Europe) pourront également participer par visioconférence « en cas de impossibilité de se rendre à la RA en raison de difficultés de transport (par exemple, problèmes météorologiques, panne d’avion ou annulation de vol ».

Parmi les mesures qui resteront en vigueur figure le « port de masques dans tous les espaces communs et partagés » de l’Assemblée de la République, mais le contrôle obligatoire de la température à l’entrée du parlement ne sera plus effectué.

En règle générale, les commissions parlementaires se réuniront également en personne, bien que chacune puisse déterminer, au cas par cas, la tenue d’auditions par visioconférence, alors que la présence de visiteurs n’est toujours pas autorisée.

Dans le document final, il était indiqué qu’outre les fonctionnaires, les groupes parlementaires et les conseillers, les journalistes seraient également autorisés à assister aux réunions des commissions, qui n’étaient pas mentionnées dans la version de travail.

Dans les règles publiées aujourd’hui (et qui, en substance, reproduisent ce qui était déjà prévu dans le document initial), il est déterminé qu’en plénière, les assistants et les visiteurs des galeries seront autorisés jusqu’à un maximum de 70 personnes.

Les missions officielles de l’Assemblée de la République reprennent « là où la situation épidémiologique le permet » (restant suspendues pour les pays ayant un taux d’incidence supérieur à 500 cas pour 100 000 habitants).

Lors d’événements organisés par le parlement, tels que des conférences ou des séminaires, la règle sera que seuls les orateurs et les députés seront présents, mais la présence d’invités dans les salles plus grandes sera admise.

A ceux-ci, il est « recommandé » une vaccination complète attestée par un certificat ou la présentation d’un test, les manifestations et réunions d’entités extérieures à l’Assemblée de la République continuant d’être suspendues.

Le document fixe également des limites au nombre d’invités et de visiteurs par député et groupe parlementaire, et il autorise la reprise des visites guidées du parlement « en groupe de 15 personnes maximum », dans ce cas sous réserve de la présentation d’une attestation ou test.

En plus du maintien de l’utilisation des masques, il continuera également à y avoir des spots au parlement avec du gel désinfectant, des séparateurs acryliques dans les réceptions et les entrées, ainsi que des purificateurs d’air et des mesures de nettoyage extraordinaires, à savoir les microphones et la chaire dans la salle des séances.

Les tests antigéniques hebdomadaires se poursuivront également et une campagne de vaccination contre la grippe saisonnière sera promue.

Outre la fin de la prise de température obligatoire, les zones d’isolement créées dans le cadre de la pandémie seront désactivées, les tapis désinfectants aux entrées du parlement seront supprimés et les « mesures de confinement dans les cafétérias et restaurants » du parlement seront éliminés, revenant à la capacité normale de ces espaces.