Selon les lettres envoyées par Marcelo Rebelo de Sousa à l’Assemblée de la République, il doit se rendre au Brésil du 6 au 10 septembre, suivi d’un voyage en Argentine, du 11 au 14 septembre.

Son déplacement au Brésil – qu’il avait déjà annoncé – sera « en visite officielle, pour participer aux célébrations du bicentenaire de l’indépendance de ce pays, le 7 septembre prochain », à l’invitation de son homologue brésilien, Jair Bolsonaro.

Le déplacement en Argentine sera également « en visite officielle », à l’invitation du président argentin, Alberto Fernández, précise le chef de l’Etat.

Marcelo Rebelo de Sousa était au Brésil récemment, entre le 2 et le 4 juillet, avec des escales à Rio de Janeiro, où il a marqué le centenaire de la première traversée aérienne de l’Atlantique Sud, et à São Paulo, pour l’ouverture du Bienal do Livro, dont l’édition de cette année avait le Portugal comme pays honoré.

Il devait également se rendre à Brasília, pour un déjeuner avec le président du Brésil, mais Jair Bolsonaro a fait savoir par les médias qu’il ne le recevrait plus, une décision qu’il a justifiée avec la rencontre de Marcelo Rebelo de Sousa avec l’ancien Le chef de l’Etat brésilien Lula da Silva à Sao Paulo.

Face à l’attitude de Bolsonaro, Marcelo Rebelo de Sousa a commencé par maintenir son programme, en attendant une communication écrite, puis a renoncé à se rendre à Brasilia, mais il a toujours minimisé cet épisode et son impact sur les relations bilatérales.

Dans le même temps, il tient pour acquis son retour au Brésil en septembre pour les célébrations du 200e anniversaire de l’indépendance : « Le Sénat m’a déjà invité à être l’orateur invité. Mais le président du parlement portugais vient avec moi [Augusto Santos Silva]et le Gouvernement viendra avec moi, pour montrer que les organes de la souveraineté seront tous là à ce moment fondamental », a-t-il déclaré.

Lorsque cette date historique sera célébrée, début septembre, la campagne officielle pour la présidence de la République du Brésil sera déjà en cours, au cours de laquelle Jair Bolsonaro et Lula da Silva s’affronteront.

Le premier tour des élections présidentielles brésiliennes est prévu le 2 octobre, avec un second tour éventuel le 30 octobre. La campagne électorale se déroulera officiellement entre le 16 août et le 1er octobre.

L’assentiment de l’Assemblée de la République aux déplacements du chef de l’État à l’étranger est une formalité imposée par la Constitution, qui établit que le président de la République ne peut quitter le territoire national sans autorisation du parlement.

IEL // SF