Le PAN a déposé un projet de loi au Parlement, qui vise à « reconnaître aux sapeurs-pompiers professionnels le statut d’un métier à risque et à usure rapide » et que, de cette manière, « les sapeurs-pompiers volontaires puissent bénéficier d’un droit à la retraite anticipée ».

«Selon les données de l’Observatoire technique indépendant, les services d’incendie, de toute nature (professionnels, mixtes et volontaires), sont chargés de remplir 90% des missions de protection civile au Portugal, 22 000 des 30 000 pompiers existants étant volontaires – ce chiffre est en forte baisse ces dernières années. Les services d’incendie sont donc l’épine dorsale de la composante opérationnelle de la protection civile au Portugal », souligne le PAN dans le projet de loi.

Tenant compte de la responsabilité et de « l’esprit de sacrifice, de générosité et d’altruisme dont font preuve les pompiers », le PAN soutient que le métier de sapeur-pompier « devrait être reconnu par des mesures concrètes qui assurent sa valorisation ».

Dans le même temps, le parti dirigé par Inês de Sousa Real a suggéré, dans un projet de résolution, une clarification du régime de disponibilité permanente des sapeurs-pompiers professionnels.

« Au cours de la XIIIe législature, à la suite des terribles incendies de 2017, une discussion a surgi dans le débat politique sur un ensemble de déficits dans le domaine de la protection civile au Portugal et sur les conditions d’exercice des fonctions de sapeur-pompier professionnel et volontaire, ce qui a permis à 64 /2019, du 16 mai, qui a reconnu certains avantages et avantages importants pour les sapeurs-pompiers volontaires, Décret-loi n.º 87/2019, du 2 mai, juillet, qui a reconnu aux sapeurs-pompiers professionnels le droit à des conditions spéciales d’accès et de calcul des pensions » , rappelle le PAN.

Malgré les avancées, le PAN souligne que « par certains aspects, ces diplômes étaient dans certains cas en deçà de ce qui devrait être reconnu par les sapeurs-pompiers – comme l’absence de densification juridique de la notion de disponibilité permanente inscrite à l’article 25 du décret-loi n 106/2002, du 13 avril ».

A ce titre, le PAN considère « qu’une évolution législative s’impose d’urgence afin d’assurer une valorisation effective des sapeurs-pompiers et la sauvegarde de leurs droits passe par une densification juridique et une clarification de la notion d’offre de travail dans le cadre de la disponibilité permanente consacrée par l’article 25. º du décret-loi n° 106/2002, du 13 avril ».