Mardi, lors d’une conférence de presse, le ministre de l’Environnement et de l’Action pour le climat, João Pedro Matos Fernandes, a garanti qu’il n’y aurait pas d’augmentation du prix de l’électricité pour les consommateurs domestiques sur le marché réglementé en 2022 et qu’il y aurait une réduction de au moins 30 % du tarif d’accès aux réseaux pour les industriels.

« Il nous semble que le ministre vient effectivement donner un coup de main et garantir qu’il n’y a pas d’augmentation. On ne peut pas oublier qu’il y a alors toute une autre facette des politiques publiques en matière de transition énergétique qu’il faut assurer, afin de réduire les émissions et la consommation d’énergie », a déclaré Inês de Sousa Real aux journalistes, lors d’une action de campagne dans la commune. d’Amadora.

Selon le porte-parole de Peuple-Animaux-Nature (PAN), le pays « continue de vivre dans une situation de précarité énergétique » et « la lutte contre le changement climatique ne se fait pas uniquement ou uniquement par la facture d’électricité ».

« Il ne faut pas oublier qu’aujourd’hui nous avons un pays qui continue de vivre dans une situation de précarité énergétique et que [há pessoas] qui ont besoin de consommation d’énergie pour ne pas avoir froid en hiver ou trop chaud en été. Tant que nous ne corrigerons pas ces asymétries sociales, nous ne pourrons guère être ici pour discuter de la manière d’éviter la consommation excessive par le biais de la facture », a-t-il soutenu.

Pour Inês de Sousa Real, la solution passe par le recours au tarif social de l’énergie : répond à cela, mais nous devons garantir l’autonomie énergétique du pays », a-t-il souligné.

Lors de la conférence de presse de mardi, le ministre João Pedro Matos Fernandes a déclaré que si le marché non réglementé, l’année prochaine, a des tarifs plus élevés que le marché réglementé, « la transaction [dos consumidores de um mercado para o outro] il suffit d’un coup de téléphone et c’est immédiat.

Le responsable gouvernemental a énuméré un ensemble de « coussins » qui profitent à tous les consommateurs, comme la suppression du surcoût de production dans le cadre du régime spécial des énergies renouvelables (PRE), qui deviendra un excédent de 250 millions d’euros, et la suppression du surcoût du contrat d’achat d’électricité (CAE) de la centrale à charbon de Pego, générant des économies annuelles de 100 millions d’euros, entre autres.

« Il n’y a aucun doute, même si ERSE fera le calcul à la fin. [regulador da energia], les consommateurs domestiques n’auront pas d’augmentation l’année prochaine », a déclaré Matos Fernandes, admettant même qu’il n’exclut pas la possibilité, « bien que de manière absolument marginale », que le prix de l’électricité pour ces consommateurs puisse baisser à partir de janvier. 1er l’année prochaine.

Le 15 octobre, l’ERSE remet la première proposition de révision des tarifs de l’électricité, cependant, selon Matos Fernandes, le gouvernement a décidé d’anticiper ses propositions pour contenir « une certaine inquiétude de la part des citoyens ordinaires et aussi des hommes d’affaires ».

La semaine dernière, l’Autorité de régulation des services énergétiques (ERSE) a annoncé que le prix de l’électricité augmentera à nouveau, à compter du 1er octobre, de 1,05 euro par mois pour la plupart des clients domestiques du marché régulé.

FAC (MPE/ALYN) // ACL

Le contenu du PAN considère l’augmentation de l’électricité comme positive mais demande que d’autres mesures apparaissent en premier dans Vision.