1-1-e1669908198824-png
le-nouveau-president-de-la-cmvm-juge-important-deviter-les

Le nouveau président de la CMVM juge « important » d’éviter les chevauchements entre les régulateurs

Le nouveau président de la Commission du marché des valeurs mobilières (CMVM), Luís Laginha de Sousa, a souligné aujourd’hui qu’il est important d’éviter et d’éliminer le chevauchement des actions des régulateurs.

« Il est important d’éviter les chevauchements d’actions et, s’ils existent, de les éliminer, mais il faut surtout éliminer les zones de vide dans les zones où ce vide risque d’être comblé par des activités pouvant présenter un risque pour le bon fonctionnement. du système de supervision financière », a déclaré le nouveau président de la CMVM, dont la nomination a été approuvée jeudi en Conseil des ministres.

Pour le nouveau président de la CMVM, les actions du superviseur devraient viser à maintenir et à renforcer l’orientation prioritaire selon deux axes : l’externe — axé sur le développement et le bon fonctionnement du marché — et l’interne — axé sur la efficacité opérationnelle de la CMVM.

« Les actions à développer dans ces deux axes doivent être mises en œuvre d’une manière qui ne compromet pas l’indépendance de la CMVM, mais qui bénéficie également de ce qui est très positif peut résulter de l’implication adéquate de toutes les parties intéressées », a souligné Laginha de Sousa, lors de la cérémonie de présentation des nouveaux membres du Conseil d’administration de la CMVM et de l’Autorité de contrôle des assurances et des fonds de pension (ASF), à Lisbonne.

Au ministère des Finances, le nouveau président de la CMVM, qui succède à Gabriel Bernardino, a relevé qu’en interne la restriction des ressources est « de plus en plus active », après avoir pointé trois priorités pour l’axe interne.

Pour Laginha de Sousa, il est nécessaire d’approfondir et d’améliorer les modèles d’identification des risques, de développer les capacités humaines et technologiques et de personnaliser l’action des matières qui relèvent de la responsabilité directe de la CMVM.

Pour autant, il a assuré qu’il ne s’agit « pas d’une rupture, mais d’une réaffirmation et d’une concentration des efforts ».

Outre Laginha de Sousa, Maria Inês Drumond (vice-présidente), Juliano Ferreira (membre) et Teresa Gil (membre) ont été nommés au conseil d’administration de la CMVM.

Ont également été présentés les nouveaux membres de l’ASF : Diogo Alarcão et Adelaide Marques Cavaleiro.

Dans son discours, la présidente de l’ASF, Margarida Corrêa de Aguiar, a souligné que la culture de gestion basée sur le risque « est un facteur décisif pour la réponse positive des deux secteurs à la crise, ainsi que la réponse opportune, chirurgicale, coordonnée et intervention proportionnelle de l’Autorité des assurances et des fonds de pension ».

Corrêa de Aguiar a estimé que les performances récentes de l’ASF « nous permettent d’affronter avec confiance le rôle des assurances et des fonds de pension dans les défis » en cours, résultant d’une inflation élevée et de l’incertitude causée par la guerre en Ukraine.

Le ministre des Finances, Fernando Medina, a noté qu’avec ces nominations, à partir de jeudi et « pour la première fois depuis de nombreuses années, les trois régulateurs financiers nationaux commenceront à travailler avec des conseils d’administration complets », ce qui est « une priorité » de le ministère qu’il dirige.

Medina a mis au défi l’ASF de « suivre et mettre en œuvre la révision du cadre réglementaire du régime des assurances », en cours au niveau européen, qui « permettra au secteur des assurances de jouer un rôle plus actif dans le financement des entreprises » et de garantir la stabilité en cas de crise financière. difficultés importantes ».

Dans le cas de la CMVM, le ministre des Finances a mis en garde contre les tendances mondiales de diversification des investissements et des sources de financement.

« Au Portugal, comme dans de nombreuses autres économies, le nombre d’émetteurs de titres, en particulier d’actions, a connu une tendance négative, et la structure de financement de nos entreprises reste largement dépendante d’instruments à court terme, principalement sous forme de prêts », a-t-il souligné.

Le ministre a de nouveau déclaré que le gouvernement préparait un ensemble de mesures fiscales pour le marché des capitaux et pour l’épargne.

« Le gouvernement présentera bientôt un ensemble de mesures fiscales plus concrètes qui soutiendront le développement du marché des capitaux et de l’épargne à long terme au Portugal », a garanti Medina.

JO // JNM

Articles récents