1-1-e1669908198824-png
le-nombre-de-procedures-dinsolvabilite-privees-devant-les-tribunaux-augmente-2

Le nombre de procédures d’insolvabilité privées devant les tribunaux augmente

Selon des données publiées aujourd’hui par la Direction générale de la politique de la justice (DGPJ) et citées dans un communiqué du ministère de la Justice (MJ), « au 30 juin 2022, il y avait 374 684 actions civiles d’exécution pendantes devant les juridictions judiciaires de première instance, ce chiffre étant le plus bas depuis 2000 ».

« Au 2e trimestre 2022, le nombre d’actions civiles pendantes a enregistré une baisse de 9,9 %, par rapport à la même période en 2021. Cette baisse du nombre d’affaires est principalement due à la capacité du système à répondre à la demande. , puisque le taux de résolution procédurale — qui mesure cette réactivité — était de 127,1 %, restant ainsi supérieur à 100 %. Le bilan procédural au 2e trimestre 2022 a été favorable, correspondant à 7.492 affaires en moins », a ajouté le MJ dans le communiqué.

Dans la note publiée, la tutelle souligne également la fin de la tendance à la baisse des affaires introduites et conclues devant les tribunaux en matière de faillite, d’insolvabilité et de redressement d’entreprise, « avec une augmentation de ces valeurs en 2021 et 2022 », bien que dans ce domaine, les procédures pendantes continuent de diminuer depuis 2015.

Le rapport de la DGPJ publié aujourd’hui sur le site officiel à propos de ce domaine spécifique – faillites, processus spéciaux de revitalisation et processus spéciaux d’accord de paiement – indique plus en détail que « au deuxième trimestre 2022 et par rapport au deuxième trimestre 2021, il y a eu une augmentation de 14,6 % du nombre de faillites déclarées ».

Dans une caractérisation du type de personne impliquée dans l’insolvabilité prononcée, la DGPJ détaille qu’il y a une augmentation, dans la comparaison en glissement annuel du deuxième trimestre 2007 avec le deuxième trimestre 2022, du poids des individus dans le nombre total d’affaires (de 18,5% à 81,3%, soit plus du quadruplement du poids), accompagné d’une réduction comparable au niveau des personnes morales de droit privé (de 80,2% à 18,6% et enregistrant une baisse de 61,6 points de pourcentage).

« Au deuxième trimestre 2022 et par rapport au deuxième trimestre 2021, il y a eu une augmentation d’environ 5,2 points de pourcentage de la proportion de personnes déclarées insolvables. Au niveau des personnes morales de droit privé, on constate une diminution de leur poids relatif (moins 5,2 points de pourcentage) », ajoute le rapport de la DGPJ.

Selon les données statistiques, au 2e trimestre 2021, 2 014 faillites ont été prononcées par les tribunaux de première instance, contre 2 038 faillites prononcées au cours de la même période cette année.

En termes de type de personnes concernées, les particuliers représentent 81,3% des défaillances déclarées au 2ème trimestre 2022, contre respectivement 76,1% et 65,6% aux mêmes périodes de 2021 et 2020.

S’agissant des entreprises, au 2ème trimestre 2022, le secteur du commerce de gros, de détail et de réparation automobile représentait 23,8% des défaillances déclarées, 16,6% pour les industries manufacturières, 14,7% pour le logement, la restauration et assimilé et 14,5% pour le secteur de la construction.

Le rapport ajoute également que le taux de recouvrement des crédits reconnus est inférieur à 10 %.

« Le taux de recouvrement des crédits, c’est-à-dire la proportion du montant des crédits payés par rapport au montant des crédits reconnus, est de 9,7 %. Les 90,3% restants du montant des crédits reconnus par les tribunaux n’ont pas été compensés par un paiement effectif de ceux-ci », lit-on dans le document.

IMA // JMR

Articles récents