« Histoires d’un empire » donne le titre à cette exposition, qui se déroule jusqu’au 2 octobre 2022, dans laquelle se détachent des œuvres comme une pierre Bezoar montée de corail rouge du XVIIe siècle, illustrant les six derniers siècles de dialogue entre l’Occident et l’Orient. , ce qui a donné lieu à des œuvres d’art et des objets caractéristiques.

Selon le musée, le commissariat, sous la responsabilité de l’historien de l’art Nuno Vassallo e Silva, a voulu éviter une lecture traditionnelle, chronologique et géographique, optant, dans les huit noyaux thématiques, pour montrer « la richesse, la complexité et la beauté surprenante du art produit dans des réseaux commerciaux créés par le Portugal, dans toute l’Asie ».

Les noyaux ont été disposés en huit « histoires » – qui occupent la partie de l’espace dédié à l’exposition permanente du musée, intitulée « Présence portugaise en Asie » – et seront racontés dans des ensembles d’œuvres d’origines culturelles et matérielles différentes, de la porcelaine chinoise , aux ivoires de Goa, des meubles indiens aux laques japonaises, pour créer un récit visuel.

L’exposition débutera par « A Journey of Forms », qui montre l’assimilation des typologies européennes dans différentes parties de l’Asie, illustrées dans des meubles tels que des chaises, des tables, des bureaux, essentiels dans la vie quotidienne occidentale, mais qui surprenaient à les yeux des Orientaux. .

Le caractère missionnaire de l’expansion portugaise est illustré par des œuvres d’art sacrées en bois précieux, filigrane, ivoire et autres matières premières exquises dans le deuxième noyau, sous le thème de « Religion », suivi de « Puissance », qui rassemble l’iconographie et l’héraldique associé à la présence portugaise en Asie, brevet sur porcelaine et autres objets de commande.

Dans « Un monde précieux », une image mythique se matérialise, celle d’un Orient d’opulence et d’émerveillement, en pièces délicatement exécutées en or, filigrane d’argent, argent doré, cristal de roche, ivoire et pierres précieuses, décrit le texte diffusé par le musée.

Dans la section suivante, « Collectingisme et Science », le phénomène de la collecte et la constitution des premiers Offices de Curiosité, toujours au XVIe siècle, est abordé dans ce qui allait devenir, à l’époque moderne, l’embryon de l’esprit scientifique.

On y exposera des proies de narvals et autres animaux exotiques de l’époque, ainsi que des « pierres bézoardes énigmatiques, aux pouvoirs curatifs ou magiques, qui suscitaient l’étude, le partage, la spéculation et la fascination ».

Dans le noyau «Quando Éramos Exóticos», il se concentre sur la représentation des Portugais et des Européens dans les arts plastiques et décoratifs en Asie, privilégiant le regard de ces cultures sur les cultures occidentales, à travers des sculptures, des peintures et des œuvres d’art namban.

L’exposition se termine par deux centres dédiés aux matériaux exceptionnels liés à la présence portugaise en Asie : « Le monde de l’ivoire », qui comprend des pièces d’art sacré et de dévotion chrétienne, réalisées par des artisans japonais, cinghalais, goan et chinois ; et « Na Busca da Laca », qui traite de l’un des matériaux qui ont le plus impressionné les voyageurs et les marchands portugais, dans des pièces luxueuses et très décorées.

La Collection Távora Sequeira Pinto a commencé à prendre forme dans les années 1980, « suivant, de manière très particulière, l’évolution des connaissances face à la culture matérielle » laissée par les « contacts culturels établis avec l’expansion maritime portugaise, notamment à l’Est. ”.

Selon le musée, contrairement à d’autres collections centrées sur la période des Découvertes, « généralement plus spécialisées dans l’une ou l’autre des expressions plastiques, cette collection documente une très grande diversité d’origines, de typologies et de matériaux », et met en évidence « le dialogue permanent entre l’Occident et Est, et la recherche ultérieure de témoignages matériels ».

L’exposition « Histórias de um Império » comprend la publication d’un catalogue qui rassemble des textes de chercheurs nationaux et étrangers, spécialistes des thèmes abordés.

AG // MAG