1-1-e1669908198824-png
39744455_wm-7061182-1553269-jpg

Le Monténégro s’est préparé pour des élections « déjà demain » avec Costa mais n’en veut pas

À la fin du débat, Luís Montenegro a été interrogé par des journalistes au parlement – ​​où il a suivi la discussion sur la motion de censure d’IL contre le gouvernement – ​​s’il était logique que le parti s’abstienne, ce qui a sévèrement critiqué l’exécutif socialiste.

«Je pense que cela a du sens. Ces critiques sont des critiques de la demande, de l’opposition ferme, de l’examen et de l’inspection. Ce n’est pas parce que nous sommes en complet désaccord avec la politique du Gouvernement et avec la confusion installée au sein du Gouvernement que nous allons vouloir un troisième acte législatif électoral en trois ans, nous sommes déjà en désaccord depuis le premier jour », a-t-il justifié.

Luís Montenegro a toutefois souligné que le PSD « respecte le verdict du peuple » rendu lors des élections du 30 janvier et qu' »il est nécessaire de laisser au gouvernement le temps de profiter de la majorité absolue » qui lui a été accordée lors des urnes.

« Je ne dis pas qu’il est impossible que la législature soit interrompue en raison de l’incapacité pure et dure du Gouvernement », a-t-il toutefois ajouté.

A la question de savoir s’il est prêt pour des élections anticipées, le Monténégro a répondu par l’affirmative.

« Je n’ai pas du tout peur d’aller aux élections, je serais content qu’elles se disputent directement avec le Dr. Antonio Costa. Je suis prêt pour les élections quand ça doit être, si ça doit être demain, c’est demain. Ce qui ne veut pas dire que je souhaite à mon pays, les Portugais, qu’un processus électoral soit lancé moins d’un an après l’autre et aboutisse à une majorité que je dois respecter », a-t-il déclaré.

Luís Montenegro a déclaré qu’il aurait aimé que, lors du débat d’aujourd’hui, le Premier ministre annonce « comment il entend fournir des médecins de famille à tous les Portugais », « mettre les services d’urgence pleinement opérationnels », « comment faire en sorte que l’économie cultiver davantage » ou qu’il imposerait moins d’impôts.

« Malheureusement, le Premier ministre n’a pas répondu à tout cela, il s’est mêlé à la confusion et aux affaires dans lesquelles le gouvernement s’est mêlé », a-t-il estimé.

Le leader du PSD a accusé Costa de vouloir réintroduire la « théorie du diable » dans le pays, mais a estimé qu’actuellement « le diable est à l’intérieur du gouvernement, dans son manque de cohésion et d’esprit transformateur ».

« Soit le gouvernement change de vie, soit les Portugais demandent au Portugal de changer de gouvernement », a-t-il prévenu, reprenant une phrase sur laquelle plusieurs personnalités du PSD ont insisté ces derniers jours.

L’Assemblée de la République a rejeté ce jour la motion de censure contre le gouvernement présentée par l’Initiative libérale, le PS, le PCP et le Livre ayant voté contre et le PSD, le BE et le PAN s’étant abstenus.

Chega était le seul groupe parlementaire à accompagner l’Initiative libérale en votant en faveur de la motion de censure du gouvernement.

Les deux seuls députés étaient partagés entre s’abstenir et voter contre. Rui Tavares, du Livre, a voté contre et Inês Sousa Real, du PAN, s’est abstenue.

SMA // JPS

Articles récents