Je crois que tout le monde s’est déjà rendu compte que nous vivons une période de grande unité et cohésion au sein du PSD, c’est important, c’est ce que le pays attend de nous, et nous allons donner cette réponse au pays », a-t-il souligné, à l’entrée du pavillon Rosa Mota, à Porto, où se déroulent les 40e travaux. Congrès national social-démocrate.

Cette journée sera marquée par la présentation des listes aux instances du parti, mais à son arrivée sur les lieux, le successeur de Rui Rio à la tête du PSD n’a pas voulu citer de noms : « Nous le saurons bientôt ».

Le Monténégro a également refusé de révéler le vote du PSD dans la motion de censure contre le gouvernement que Chega a annoncé qu’il présenterait à l’Assemblée de la République.

« Aujourd’hui n’est pas le jour pour en parler », a-t-il répondu lorsqu’on l’interroge sur le sujet.

La composition de la nouvelle équipe du Monténégro devrait marquer la 2e journée de travail

La deuxième journée de travail du 40e Congrès du PSD devrait être marquée aujourd’hui par l’annonce de la composition de l’équipe de Luís Montenegro, encore inconnue, et par les interventions de personnalités telles que Jorge Moreira da Silva ou Carlos Moedas.

Le discours d’adieu de Rui Rio et, surtout, le premier discours de fond de Luís Montenegro ont dominé la première nuit de la grande réunion, qui a commencé par une entrée dans la salle avec les deux dirigeants, en signe clair d’appel à la paix intérieure.

Si le président sortant a dit adieu aux critiques du Gouvernement, et a considéré comme « une bévue » de dire que le PSD languit, le Monténégro a repris les critiques à l’encontre de l’exécutif, en s’attardant sur la polémique autour du futur aéroport de Lisbonne entre le Premier ministre et le ministre. des Infrastructures.

Le président élu a ouvert la porte au dialogue avec António Costa – à qui il dira d’abord ce qu’il pense de la solution aéroportuaire -, mais a refusé tout chantage dans le processus, estimant que l’autorité et la crédibilité du Premier ministre étaient des « blessures mortelles » par Pedro Nuno Santos a continué dans le gouvernement.

Dans des messages plus axés sur le parti, le Monténégro a défendu que le PSD doit partir du principe que ce ne sont pas les électeurs qui se sont trompés en donnant la victoire au PS, mais les sociaux-démocrates qui n’ont pas réussi à les convaincre.

Pour inverser ce cycle de défaites, le nouveau leader souhaite une plus grande ouverture du parti aux citoyens, il a placé l’unité interne comme condition première de la confiance des électeurs, et promis qu’il sera « la locomotive » de cette proximité. : à partir de septembre, une semaine par mois dans une autre commune du pays, Régions Autonomes incluses.

Aujourd’hui, le moment le plus attendu sera la divulgation des noms qui accompagneront Luís Montenegro à la direction du parti, notamment dans les vice-présidences, puisque jusqu’à présent seul Hugo Soares est tenu pour acquis en tant que secrétaire général, puisqu’il a fait le passage de dossiers avec le toujours titulaire du poste, José Silvano.

La question est de savoir si le Monténégro fera un cap avec le noyau dur de ses principaux supporters – parmi lesquels Hugo Soares, Pedro Duarte, Pedro Alves, Paulo Cunha, Margarida Balseiro Lopes, Carlos Coelho, António Leitão Amaro ou Pedro Reis – ou s’il va « s’ouvrir » à d’autres courants du parti.

La date limite de soumission des listes aux organes nationaux des organes se termine à 18h00 et Luís Montenegro devrait suivre la tradition des anciens dirigeants Rui Rio et Pedro Passos Coelho et annoncer ses choix aux membres du Congrès depuis la chaire.

Les travaux débuteront à 10h30 avec la discussion des sept propositions thématiques laissées de côté vendredi (12 ont déjà été débattues), suivie de la période de discussion politique, où des discours comme celui du candidat battu au dernier direct, Jorge Moreira da Silva, ou le maire de Lisbonne, Carlos Moedas.

Moreira da Silva ne présentera pas de liste au Conseil national et l’ancien candidat à la direction Miguel Pinto Luz et Carlos Eduardo Reis, qui ont également présenté des listes de poids important au soi-disant «parlement» du parti, ont pris la même option .

Le leader du JSD d’Aveiro, Pedro Veiga, a indiqué à Lusa qu’il dirigera une liste à la plus haute instance du parti entre les Congrès, avec pour devise « Lié au PPD/PSD ».

Le changement de direction du Conseil national de la juridiction, le « tribunal » du parti, est certain, puisque Paulo Colaço ne se représentera pas, mais Luís Montenegro a déjà annoncé qu’il l’avait invité à participer à la réforme statutaire qu’il souhaite implémenter.

À la fin de la deuxième journée, la motion de stratégie globale de Luís Montenegro, intitulée « Acreditar », et les 19 propositions thématiques seront votées.

Le 40e Congrès du PSD se termine dimanche, au Pavillon Rosa Mota à Porto, avec l’élection des Organes nationaux.