« Je veux être très clair : le PSD est un parti responsable, c’est un parti qui comprend que ces travaux stratégiques, structurants doivent mériter un consensus le plus large possible, mais nous n’allons pas inverser les rôles », a-t-il déclaré, précisant : « Celui qui doit gouverner, c’est le Gouvernement, ici on va faire de l’opposition responsable, comme je dis, mais de l’opposition ».

Luís Montenegro s’exprimait à son arrivée à Herdade do Chão da Lagoa, dans les montagnes surplombant Funchal, où se déroule aujourd’hui la fête PSD/Madère, après deux ans d’interruption due à la pandémie de covid-19, et où des milliers de personnes sont déjà cadeau.

« Nous n’allons pas décider au tour du gouvernement. Quand nous sommes en mesure de décider, c’est parce que nous sommes le gouvernement, pas parce que nous sommes l’opposition », a déclaré le leader social-démocrate, en marge de la visite des échoppes qui représentent les 54 paroisses de la Région autonome. de Madère.

Le Monténégro a déclaré que le nouvel aéroport de Lisbonne est une œuvre que, en sept ans, « le Parti socialiste n’a pas été en mesure de mettre sur le terrain », mais que « ces derniers temps, il a été la cible d’une tentative de transfert de la responsabilité de la décision -faire au PSD ».

« Cela dit, sept ans plus tard, les travaux à l’aéroport de Portela n’ont même pas commencé », a-t-il critiqué, soulignant que le « chaos » des arrivées à Lisbonne est une « situation intolérable ».

Et il a ajouté: « J’exhorte par la présente le gouvernement, avant tout, à traiter avec l’aéroport General Humberto Delgado, il doit offrir de meilleures conditions pour que l’économie et le tourisme ne soient pas lésés comme ils l’ont été, en plus des personnes elles-mêmes ».

Le président du PSD a déclaré que le parti chercherait à apporter toutes ses contributions pour trouver une « solution pour les décennies à venir », mais a insisté sur le fait que la responsabilité de la situation actuelle incombait au gouvernement socialiste, dirigé par António Costa.

« Je le répète : aujourd’hui, il n’y a qu’une seule question ouverte à trancher car il y a eu une énorme incompétence de la part du gouvernement au cours des sept dernières années », a-t-il déclaré.

Vendredi, le premier ministre et le président du PSD se sont rencontrés seuls, à São Bento, pendant trois heures et demie, lors de leur première rencontre.

António Costa a qualifié la réunion de « conversation très agréable », au cours de laquelle ils ont abordé divers sujets, dont le nouvel aéroport.

Le directeur général a également déclaré qu’il ne sait toujours pas s’il aura un accord avec le PSD sur la nouvelle solution aéroportuaire pour la région de Lisbonne et a insisté sur le fait qu’il s’agit d’une question structurante qui nécessite un consensus.

CC (SMA/PMF) // VM