Le ministre de l’Intérieur a affirmé ce mardi qu' »il est impossible de mettre fin » aux files d’attente dans les aéroports en raison des pics de certains vols, notamment le matin, mais a assuré que le plan de contingence cherche à répondre à l’augmentation du nombre de passagers.

« Il peut y avoir des files d’attente car il est impossible de mettre fin aux files d’attente en raison de pics de quatre ou cinq mille personnes qui affluent aux boîtes de contrôle de l’aéroport, mais ce que nous garantissons, c’est que tout est fait par les autorités et les institutions pour surveiller et renforcer les conditions pour soutenir le service à l’aéroport », a déclaré José Luís Carneiro, lors de la présentation du plan d’urgence pour les postes frontières des cinq aéroports portugais pour la période de juin à septembre 2022.

Le ministre a souligné que ce plan « vise à répondre aux défis accrus du point de vue de la demande » et « à apporter une réponse plus rapide et plus efficace ».

« Ce plan vise à faire face à cette augmentation, mais il est évident qu’il est temps d’admettre qu’il y a toujours des périodes pendant lesquelles il faut attendre que les entrées se fassent dans le respect des règles de sécurité du pays », a-t-il soutenu.

Le responsable a expliqué que le plan d’urgence, préparé « pour répondre aux besoins de l’été », comprend « trois nouveautés importantes : un renforcement substantiel des ressources humaines dans les aéroports de Lisbonne, Porto, Faro, Madère et Açores, de nouvelles solutions technologiques pour répondre des solutions immédiates mais aussi à moyen terme, et opérationnelles ».

Selon le plan présenté au Ministère de l’Administration Intérieure, les aéroports nationaux auront un renfort de 238 éléments de la SEF et PSP pendant les mois d’été, soit 82% de plus que le personnel actuel aux postes frontières, ceci étant un renforcement des ressources humaines. progressive et sera stabilisée le 4 juillet.

Au total, les cinq aéroports portugais disposeront de 529 éléments pour effectuer des contrôles aux frontières pour les passagers en provenance de vols en provenance de pays extérieurs à l’Union européenne.

Outre le renforcement des inspecteurs SEF venus de tout le pays, ce plan compte 168 agents PSP.

Interrogé pour savoir si ce plan a été avancé après les files d’attente vérifiées dimanche à l’aéroport de Lisbonne, le ministre a déclaré que le plan d’urgence correspond à une ligne d’action régulière pour cette période de l’année et a commencé à être préparé en avril.

José Luís Carneiro a également avancé que ce plan aura « une réponse progressive aux besoins car le moment l’exige », puisque les passagers arrivant au Portugal, via les aéroports, « reviennent aux chiffres de 2019 », en plus de l’augmentation actuelle de cinq millions de passagers en raison de la sortie du Royaume-Uni de l’UE.

Selon le ministre, ce plan a aussi à voir avec « le pic de la demande à certains moments de la journée, particulièrement concentré aux heures du matin ».

Le ministre a également révélé qu’il s’agit « d’un plan plus robuste car il disposera d’un suivi et d’une évaluation hebdomadaire des résultats, permettant durant l’été d’ajuster la réponse et de mobiliser des ressources en fonction du diagnostic des besoins ».

Concernant la participation de la Sûreté Publique, le ministre a indiqué qu' »un dialogue très constructif a été mené avec la PSP, qui jouera un rôle important dans la mobilisation de ses moyens qui seront sous la tutelle opérationnelle de la SEF ».

Le responsable a estimé qu’il existe un « cadre légal » pour que les agents PSP soient présents dans les aéroports opérant en première ligne de service.

« En vertu du statut du SEF, le directeur national du SEF a fait une demande d’appui à une autre force de sécurité et il l’a fait dans le cadre qui a à voir avec une action de formation dans le cadre du travail et d’appui à une autre force et de sécurité service qui vise à garantir la responsabilité du pays vis-à-vis de l’UE », a-t-il déclaré.

Dans le cadre de l’extinction du SEF, entre-temps reportée à la création de l’Agence portugaise pour la migration et l’asile (APMA), les pouvoirs de police du Service des étrangers et des frontières passeront à la PSP, à la GNR et à la police judiciaire .

La PSP prendra le contrôle des aéroports, les agents recevant une formation à cet effet.

Les passagers des vols internationaux en provenance de l’extérieur de l’Europe qui sont arrivés à l’aéroport de Lisbonne dimanche ont attendu entre quatre et cinq heures au contrôle des passeports, après une session plénière des travailleurs du SEF.