La ministre de la Santé, Marta Temido, a défendu aujourd’hui que la réorganisation des urgences dans les zones métropolitaines, comme Lisbonne, reste «une nécessité», mais a déclaré qu ‘«il n’y a aucune intention de mettre fin aux services».

Lors d’une audition à la commission parlementaire de la santé, en réponse aux questions du député du Bloc de gauche Moisés Ferreira, le ministre a déclaré que le gouvernement n’avait pas l’intention de fermer les services ou de réduire l’offre de services dans les hôpitaux, mais a souligné que la réorganisation de les urgences en métropole restent une nécessité pour parvenir à «un fonctionnement plus efficace et ne pas avoir de pauses à certaines périodes de l’année, en raison des départs à la retraite et des vacances».

« C’est un moyen d’améliorer la durabilité de la réponse continue et sans interruption », a-t-il ajouté.

Marta Temido a été interrogée à plusieurs reprises lors de l’audition d’aujourd’hui sur les urgences, notamment pour expliquer la compréhension du Gouvernement du Plan de Relance et de Résilience (PRR), qui admet des changements dans le modèle d’organisation des urgences métropolitaines et régionales, ainsi que la revue les différentes spécialités hospitalières.

Concernant la nécessaire restructuration des urgences dans les zones métropolitaines, Marta craignait de déclarer: C’est un thème sur lequel nous devrons revenir lorsque nous serons en mesure d’allouer le temps dont il a besoin à ce processus et les conditions d’analyse de la réalité et de l’acceptabilité sociale », afin de comprendre comment une gestion plus efficace des ressources est envisagée dans ce domaine.

Lors de l’audition, le ministre de la Santé a admis qu’il pourrait être nécessaire de réorganiser les services, tels que les urgences, redistribuer les ressources et faire des adaptations pour garantir «les meilleures réponses» aux besoins d’assistance du peuple portugais.

Interrogé pour savoir si une concentration d’urgence est envisagée, le ministre a répondu que «l’obligation du gouvernement est de répondre aux Portugais, à leurs besoins d’assistance» et que «cela se fera en considérant quelles sont les meilleures réponses à un moment donné et le besoin qu’il y en a. peut être de réorganiser les services, de redistribuer les ressources et de faire des adaptations ».

«Je suis sûr que ce que veulent les Portugais, quel que soit leur lieu de résidence, c’est d’avoir accès à de bons services, pas nécessairement à des services dispersés partout», a déclaré Marta Temido, garantissant: «Il n’y a aucune intention de détruire les services, car les services n’existent pas pour la satisfaction des professionnels, mais pour répondre aux besoins de la population ».