Catarina Sarmento e Castro, qui s’exprimait lors de la cérémonie d’investiture du nouveau directeur du Centre d’études judiciaires (CEJ), le juge débarqueur Fernando Vaz Ventura, a déclaré que « trois défis » sont déjà identifiés de manière consensuelle.

Le ministre a énuméré « le défi de répondre aux difficultés que la dernière décennie a révélées en matière de recrutement », mais aussi « le défi de répondre aux exigences du présent en matière de formation » et « le défi de répondre à l’opportunité de diversification » dans le domaine des centres de formation.

Le ministre a déclaré que « la justice a besoin de magistrats de qualité » et doit pouvoir attirer les meilleurs, mais a reconnu que « le caractère brillant et traditionnellement attractif des carrières judiciaires semble s’être estompé », conjugué à la baisse démographique.

« Ce sont les raisons circonstancielles ou structurelles de ce ralentissement qu’il faut identifier rigoureusement et rapidement », a-t-il souligné.

Catarina Sarmento e Castro a mentionné qu’il est nécessaire d’identifier les causes et d’engager des procédures pour aboutir à des changements administratifs ou législatifs « qui façonnent les solutions », sans oublier « l’importance de réfléchir à la manière dont le recrutement est organisé dans le temps ».

S’agissant de la formation, le responsable a indiqué que le CEJ ne devrait pas s’adresser à une institution universitaire, puisque les auditeurs qui y arrivent connaissent les codes et la doctrine et ont appris à faire ce qu’ils feront toute leur vie, c’est-à-dire étudier.

« Dans leurs facultés, ils avaient accès à l’élite académique. Or, dans les matières classiques dont elles dominent déjà le contenu, c’est la vie qui doit les appeler. Ce qu’on attend, c’est qu’ils apprennent la fonction de juge et c’est cette valeur ajoutée qu’apporte un magistrat en formation », a-t-il déclaré.

Le titulaire de justice a également dit qu' »il est impératif » de prendre en compte « la formation à la communication dans la décision, à sa simplification », soulignant que « c’est la vie pratique qu’il faut valoriser et non les connaissances livresques » pour l’amélioration de la confiance de la Justice, et que la transparence qu’elle exige implique aussi « de savoir divulguer, de manière accessible au commun des mortels, les réponses que la Justice donne ».

Dans la formation, a-t-il déclaré, de nouveaux sujets juridiques devraient être inclus, tels que la criminalité transnationale, en particulier la criminalité économique, la cybercriminalité ou la traite des êtres humains, et « de nouvelles connaissances », comme la psychologie, « et une bonne gestion devraient être envisagées ». actuellement indissociable de l’utilisation des nouvelles technologies.

Le ministre a souligné que le dialogue avec d’autres professions juridiques, les partenariats avec des entités externes dans les domaines les plus variés ont été particulièrement importants, dans des domaines tels que l’accompagnement des victimes en général et en particulier celles des violences domestiques et en particulier des violences faites aux enfants, aux femmes et aux les personnes âgées.

Dans le discours qui a précédé celui du ministre, les défis invoqués par Fernando Vaz Ventura étaient similaires à ceux exposés par le gouverneur, le magistrat soulignant l’importance de créer de nouveaux centres pour faciliter l’entrée au CEJ, des formations plus axées sur les nouvelles technologies et de ‘ workshops’, expliquant qu’en 2023 plus de 400 magistrats achèveront leur formation.

ARA // HB