« C’est une énorme anxiété parce que nous voulons ouvrir, avec des gens prêts à nous soutenir, voulant nous rendre visite, mais, malheureusement, nous n’avons pas de main-d’œuvre », a déploré l’entrepreneur en restauration Carlos Oliveira.

Vendredi, la province de l’Ontario est entrée dans la première phase de décontamination, permettant aux restaurants de servir les clients en terrasse, avec un maximum de quatre personnes par mois, à moins qu’ils n’appartiennent à la même famille.

Le propriétaire du restaurant Mercado Negro a expliqué qu’il ne peut ouvrir que la moitié de sa terrasse en raison du manque de « serveurs ».

« Beaucoup de gens ont peur de retourner sur ce terrain en raison des incertitudes, personne ne sait ce qui va se passer », a ajouté le Portugais de 47 ans.

Initialement, le premier ministre provincial de l’Ontario, Doug Ford, avait annoncé que le début de la première phase de réouverture de la province était prévu pour le 14 juin, mais plus tôt ce mois-ci, en raison de la réduction des cas de covid-19 et du nombre de personnes vaccinées dans la province (environ 11 millions d’habitants), attendue à vendredi.

Certains Portugais du Canada, après avoir pris connaissance du programme de déconfinement du gouvernement provincial, ont immédiatement fait leurs réservations dans les différents restaurants.

« On est tellement content, dès qu’on l’a su, on a fait la réservation tout de suite », a déclaré Marie de Francesca, une Canadienne d’origine portugaise originaire de l’archipel de Madère, garantissant qu’elle ne va que dans des restaurants en qui elle « a confiance ».

Cela faisait 16 mois qu’Ana Furtado était sortie dîner dans un restaurant, mais elle a décidé de le faire pour « deux raisons ».

« Enfin, en 16 mois, nous voulions faire quelque chose pour les enfants et aussi aider la petite entreprise », a-t-elle expliqué, reconnaissant qu’ayant déjà été vaccinée avec la première dose contre le covid-19, elle se sent « plus en sécurité ».

Le restaurant populaire situé au 1370, avenue St. Clair Ouest, au nord de Toronto, était connu l’an dernier pour avoir recréé le traditionnel sucré « Tripa de Aveiro » pendant la pandémie.

Pour cette année, l’accent est mis sur la crème glacée maison, avec des connaissances du Portugal, comme le «pastel de nata».

« Chaque semaine, nous lançons une nouvelle saveur, en commençant par le pastel de nata, puis avec des œufs mous, des fruits de la passion, des fraises et menthe et du chocolat noir. Cette semaine, nous avons lancé le biscuit Maria. C’est un défi, car personne ici n’a jamais fait de glace aux saveurs du Portugal », a conclu Carlos Oliveira.

SEYM // VM

Le contenu Le manque de main-d’œuvre au Canada limite la réouverture des restaurants apparaît en premier dans Vision.