Le maire de Porto a accusé aujourd’hui BE de s’approprier les causes de la communauté LGBT+, une accusation que la députée Susana Constante Pereira a rejetée, arguant que le parti était dans le mouvement « depuis le premier instant ».

L’accusation de l’indépendant Rui Moreira est intervenue après une demande de clarification du député BE sur le rôle de la chambre dans l’organisation du Festival de musique LGBT+, dont l’annulation a été annoncée lundi.

« L’initiative est conçue par défaut et non conforme à l’organisation historique de 16 ans faite par le comité organisateur de la marche des fiertés », a déclaré Susana Constante Pereira, ajoutant qu’il y avait « d’autres signes » lors de la Journée internationale contre Homophobie, Transphobie et Bifobia, qui a été marquée à Porto par la levée du drapeau devant la mairie et dans les paroisses de Campanhã et Bonfim.

« En même temps que le drapeau était hissé pour la première fois au conseil paroissial de Bonfim, il y avait une initiative devant la mairie dans laquelle l’exécutif a choisi d’être, dans laquelle certains conseillers ont choisi d’être, le dos tourné à ce que le mouvement a apporté (…), par opposition à la mise en place d’un pôle par l’initiative d’une entité à vocation commerciale, qui veut transformer les luttes militantes en business », a déclaré Susana Constante Pereira.

Les considérations du député ont conduit Rui Moreira à accuser BE de « tenter de capter le mouvement LGBT+ au Portugal », ce qu’il considérait comme une « honte » et un « acte social fasciste ».

« Ils ne sont pas les propriétaires d’un mouvement, ni les propriétaires d’un mouvement », a déclaré l’indépendant, ajoutant que « tant qu’il est maire, BE ne s’appropriera pas ces mouvements civiques, il doit y participer, doit les soutenir » .

« Censure pour soutenir ceux que vous n’aimez pas ? Comme si peut-être le mouvement LGBT+ devait être trotskyste ? Il n’y a pas. Ça peut être capitaliste, socialiste, social-démocrate, libéral, ça peut être n’importe quoi », a-t-il souligné.

En réponse, Susana Constante Pereira a assuré que le parti « ne s’approprie pas les mouvements » et que, concernant le mouvement LGBT+, « il est et sera dès le premier instant » du côté de la communauté.

« Depuis le meurtre de Gisberta Júnior, BE a été avec d’autres militants et ignorer les militants restants, c’est ignorer et déprécier le mouvement », a déclaré le député, ajoutant qu' »il serait bon de donner un signal au mouvement sur qui de l’exécutif sera dans la marche de la gay pride le 25 juillet ».

Rui Moreira a déclaré que « quiconque veut aller aux marches ».

Quant au soutien du conseil au Festival de musique LGBT+, le maire a déclaré qu’il avait été sollicité par le Musée des transports pour l’organisation de deux festivals et que la municipalité fournirait le parking Alfândega do Porto.

Les déclarations de Susana Constante Pereira ont également été critiquées par le leader du banc du PSD, Miguel Corte-Real, qui a accusé le BE d’avoir un « problème d’identité politique », et par le leader du banc du mouvement indépendant Rui Moreira ‘Aqui Il y a Porto’ , Raul Almeida, qui a nié ce qui s’était passé et accusé le parti d’avoir « instrumentalisé un horrible meurtre ».

Le Festival de musique LGBT+, prévu début juillet, à Porto, a été annulé, a annoncé lundi l’organisation, qui était en charge de la société Apollon, garantissant avoir contacté les détenteurs de billets « au sujet de la procédure de remboursement ».

Apollon est également le promoteur de Trace Made in Africa, un festival « Afro-urbain, musique, mode, danse et art », qui se déroulera du vendredi au dimanche à Alfândega do Porto.

SPYC (JRC) // VQ