39357543_wm-8813508-9117552-jpg

C’est la troisième fois que Chega présente un candidat à la vice-présidence de l’Assemblée de la République, après que les députés Diogo Pacheco de Amorim et Gabriel Mithá Ribeiro aient été rejetés au début de la législature.

S’adressant aux journalistes à l’issue de la réunion hebdomadaire du banc socialiste, Eurico Brilhante Dias a déclaré que son groupe parlementaire « avait pris note du processus de vote » pour l’un des sièges de vice-présidence de l’Assemblée de la République.

« Nous avons débattu politiquement de cette question et, encore une fois, le groupe parlementaire PS, majoritaire, a exprimé son vote. Je voterai contre », a précisé Eurico Brilhante Dias, après avoir été interrogé par des journalistes.

Dans le résumé de la dernière réunion de la conférence des dirigeants, publié entre-temps, il est mentionné que le leader parlementaire de Chega, Pedro Pinto, a informé que le parti « avait l’intention de présenter une candidature à la vice-présidence de l’Assemblée du République ».

Selon le même document, le président du parlement, Augusto Santos Silva, « a fait référence que c’est un droit/devoir des groupes parlementaires de Chega et Iniciativa Liberal et que dès que cette candidature serait présentée, l’élection serait prévue pour un séance plénière avec votes régimentaires ».

Le 31 mars, la socialiste Edite Estrela et le social-démocrate Adão Silva ont été élus à deux des quatre vice-présidences de l’Assemblée de la République.

Selon le Règlement intérieur de l’Assemblée de la République, les quatre plus grands groupes parlementaires (PS, PSD, Chega et IL dans la législature actuelle) peuvent proposer des vice-présidents, mais ils ne sont élus que s’ils obtiennent la majorité absolue des voix. votes des députés en vigueur.

A l’époque, le président de l’Assemblée de la République, Augusto Santos Silva, considérait que le Bureau du parlement disposait d’un quorum de fonctionnement, n’ayant pris ses fonctions qu’avec deux des quatre vice-présidents.

Chega a commencé par présenter Diogo Pacheco de Amorim à la vice-présidence de l’Assemblée de la République, qui a échoué à l’élection avec 35 votes pour, 183 blancs et 6 nuls.

Lors du même vote, IL a nommé son chef, João Cotrim Figueiredo, qui a obtenu 108 votes favorables, 110 votes blancs et six votes nuls, ayant également échoué aux élections.

Après avoir échoué à la première élection, Chega a présenté le député Gabriel Mithá Ribeiro pour un nouveau vote, mais l’Initiative libérale a décidé de se retirer, ne présentant aucun nom.

Lors du second scrutin, Gabriel Mithá Ribeiro a obtenu 37 voix pour, 177 blanches et 11 nulles, en deçà des 116 députés nécessaires pour obtenir la majorité absolue et être élu vice-président.

A l’époque, le député affirmait qu’il n’avait pas été élu en raison d’une « question raciale », malgré les positions connues pour défendre qu’il n’y a pas de racisme au Portugal, et le président de Chega, André Ventura, blâmait une « majorité de blocage », composé du PS, du PSD, du PCP et du BE, pour le défaut d’élection d’un vice-président de l’Assemblée de la République de leur parti.

PMF (FM) // JPS