Entre septembre et novembre, l’ensemble portugais, dirigé par José Bruto da Costa, aura trois moments d’enregistrements inédits, dans le cadre d’un projet intitulé « Música Amada », dédié à la diffusion d’œuvres du patrimoine musical portugais du XVIe- XVIIIe siècles.

Le premier moment aura lieu le week-end, à l’église du couvent de São Domingos de Benfica, à Lisbonne, avec Polyphonos enregistrant des répons vincentiens d’António Teixeira (1707-1774), Carlos Seixas (1704-1742), João Rodrigues Esteves (1701-1752) et le Magnificat, par Francisco António de Almeida (1703-1754).

A l’agence Lusa, José Bruto da Costa explique que « Música Amada » est née d’une invitation faite par le Centre d’études de sociologie et d’esthétique musicale (CESEM), de l’Universidade Nova de Lisboa, et par le MPMP – Património Musical Vivo, autour de la musique portugaise récemment découverte et transcrite, mais jamais enregistrée.

En plus de Polyphonos, d’autres groupes portugais sont invités à faire des enregistrements.

Dans le cas de Polyphonos, l’enregistrement avance avec le soutien financier de 50 000 euros de Garantir Cultura, et est décrit par José Bruto da Costa comme une œuvre de service public, enregistrant et faisant connaître d’anciennes partitions et compositions.

« Ces dernières années, de grands progrès ont été réalisés dans ce qui est connu et connu de la vie du compositeur, le contextualisant dans un certain moment et mentalité. Et cela s’est produit au cours de la dernière décennie et demie, la musicologie au Portugal a fait un pas de géant. [Há] un travail d’investigation remarquable, ça fait des années d’investigation, de recherche », a salué José Bruto da Costa.

Le chanteur parle dans tout le travail d’étude et de transcription des partitions conservées dans les archives et les bibliothèques, et d’enquête sur la vie de ceux qui les ont composées.

« Bien qu’une partie importante des compositeurs portugais rejoignent les courants musicaux à travers l’Europe, ils étaient conscients de ce qui se faisait, mais ils n’avaient pas un public et un goût qui seraient mis à jour à la même vitesse », explique Bruto da Costa.

Selon le chanteur et directeur artistique de l’ensemble, l’objectif est de rendre ces enregistrements disponibles en ligne, dans un travail qui ne devrait être achevé qu’au printemps 2022. Un documentaire est également en cours de réalisation, réalisé par Daniel M. Silva, pour être également disponible « en ligne ».

En octobre, des enregistrements de Polyphonos seront réalisés en partenariat avec la 33e Saison musicale à São Roque, à Lisbonne, et, en novembre, avec le Festival d’Estoril Lisboa.

SS // MAG

Le contenu Agrupamento Polyphonos fait un enregistrement mondial de la musique sacrée portugaise apparaît d’abord dans Visão.