1-1-e1669908198824-png

Le gouvernement veut développer l'interconnexion électrique avec le Maroc

«Cette question des relations avec le Maroc est une question que nous voulons développer. Nous pensons qu'il est de la plus haute importance de gagner de la place dans notre affirmation en tant que pays également exportateur d'énergie », a déclaré le ministre de l'Environnement et de l'Action pour le climat, qui s'exprimait lors d'une audition régimentaire à l'Assemblée de la République.

Le responsable gouvernemental a souligné que l'ambition du gouvernement est de rendre le pays aussi indépendant et autosuffisant que possible en termes de production d'électricité.

Pour cela, Matos Fernandes a précisé que les interconnexions sont fondamentales pour la stabilité des systèmes électriques.

Par ailleurs, le ministre de l'Environnement a également souligné la nécessité de procéder dans la mesure du possible au stockage, afin de réduire les risques d'intermittence de ces mêmes systèmes.

Dans la version préliminaire du plan de relance économique 2020/2030, connue le 10 juin, le consultant António Costa Silva souligne le renforcement des «interconnexions énergétiques entre la péninsule ibérique et la France» et l'achèvement de «l'interconnexion électrique vers le Maroc».

Le consultant défend également le pari sur "l'électrification de l'économie, associée à une décarbonisation profonde du secteur de l'électro-production", garantissant que "l'exonération de la consommation de subventions fossiles prend fin" et renforçant "l'application de la taxe carbone".

Le plan prévoit également un investissement «dans le réseau national de transport d'électricité, y compris l'achèvement des interconnexions avec l'Espagne, déjà prévu», ainsi que dans la modernisation du «réseau de distribution (moyenne et basse tension)».

Selon la stratégie définie par Costa Silva, «le réseau à haute tension reliant Ferreira do Alentejo à l'Algarve et qui est important pour l'exportation d'énergie, en particulier l'énergie solaire», doit être construit, ainsi que «un gazoduc pour l'exportation gaz renouvelables de Sines, destinés à l'Europe centrale ».

Début juin, le gouvernement a confirmé qu'António Costa Silva avait été invité à coordonner la préparation du programme de relance économique et qu'il avait accepté cette invitation «en tant que contribution civique et« pro bono »».

MPE (ALYN) // CSJ

Articles récents