Le gouvernement a annoncé ce mardi que la délivrance simplifiée de la preuve d’activité professionnelle est désormais disponible. La mesure Simplex permet la délivrance des certificats nécessaires pour ceux qui souhaitent aller travailler dans l’un des 27 États membres de l’Union européenne (UE), via une simple communication préalable (MCP), sur le portail ePortugal (Balcão do Empreendedor) .

Une preuve d’activité professionnelle peut être demandée par les entrepreneurs indépendants, les associés dirigeants ou les travailleurs de l’entreprise, qui doivent présenter ces certificats aux autorités compétentes des pays de l’UE, au cas où ils travailleraient pour l’un de ces pays.

Selon le gouvernement, le processus dépend du code de classification économique (CAE) où est insérée l’activité de chaque travailleur, «la question peut être faite par la direction générale des activités économiques (DGAE), par la Confédération du commerce et des services. du Portugal (CCP) ou par l’Autorité des conditions de travail (ACT) ». Dans tous les cas, le certificat sera disponible sur le portail ePortugal dans les 24 heures suivant le paiement.

La mesure de l’initiative du ministère de l’Économie et de la Transition numérique et de la modernisation de l’État et de l’administration publique, à travers la Direction générale des activités économiques et l’Agence de modernisation administrative, remplit ainsi «un autre objectif dans le cadre de la promotion de la dématérialisation des processus et simplification administrative », avec le programme Simplex.

Dans une déclaration envoyée aux rédactions, le secrétaire d’État au Commerce, aux Services et à la Protection des consommateurs, João Torres, considère que la mesure «est un bon exemple de la manière dont les technologies de l’information et de la communication peuvent contribuer à mieux servir les personnes et les entrepreneurs». «De manière agile, simple et rapide, les professionnels peuvent demander une preuve de leur activité professionnelle et l’obtenir en 24 heures», précise-t-il.

« De cette manière, le secteur public agit comme un catalyseur pour l’utilisation de canaux numériques plus pratiques et accessibles à tous les citoyens, trouvant des moyens de moderniser, d’améliorer les pratiques, de simplifier les procédures, de dématérialiser les actes et d’accélérer les processus », ajoute-t-il.

La secrétaire d’État à l’innovation et à la modernisation administrative, Fátima Fonseca, soutient que «la fourniture de services publics numériques universellement utilisés, accessibles à tous, leur permettant de fournir aux citoyens et aux entreprises la valeur qu’ils attendent d’une administration publique. Agile , fermer et ouvrir sont quelques-uns des défis auxquels le pays sera confronté dans les années à venir ».