Le gouvernement a révoqué l’arrêté concernant la réquisition temporaire du projet Zmar, à Odemira, où des personnes en isolement prophylactique étaient hébergées dans le contexte du nombre élevé de cas de covid-19 dans la commune, selon un diplôme publié ce jour.

La révocation prend effet jeudi, selon l’arrêté signé par le Premier ministre, António Costa, et le ministre de l’Intérieur, Eduardo Cabrita, et publié aujourd’hui dans le supplément Diário da República.

Fin avril, l’exécutif a décrété une clôture sanitaire dans les paroisses de São Teotónio et d’Almograve, ainsi que « la réquisition temporaire, pour des raisons d’urgence et d’intérêt public et national, de toutes les propriétés et des droits qui leur sont inhérents qui comprennent le développement ‘ZMar Eco Experience’ ».

La mesure était justifiée par la « situation particulièrement grave » que la municipalité de l’Alentejo a enregistrée, à l’époque avec « une incidence cumulée de 14 jours supérieure à 560 cas pour 100 000 habitants », notamment parmi les travailleurs temporaires du secteur agricole.

Le Premier ministre, António Costa, a également justifié la demande du projet, très contestée par les habitants et les masses insolvables, par la nécessité de « permettre immédiatement l’isolement prophylactique des personnes considérées comme positives, des personnes à risque et aussi d’une partie de la population qui vit dans des situations de logement inadmissible dans des conditions d’insalubrité, avec surpeuplement des logements ».

À l’époque, le Premier ministre avait révélé que le gouvernement entendait « briser cette surpopulation », car il s’agissait « d’un risque énorme pour la santé publique, en plus d’une violation flagrante des droits humains ».

« L’utilisation du projet ZMar Eco Experience a permis l’organisation d’une opération de relocalisation à grande échelle, s’avérant être un facteur déterminant pour atténuer la propagation du virus dans ces paroisses, entraînant une réduction du nombre d’infections et d’infections, ce qui est venu faciliter la levée de la clôture sanitaire, 11 jours plus tard », lit-on dans la dépêche publiée aujourd’hui.

Fin mai, le Gouvernement a signé une convention pour la location temporaire de 34 unités d’hébergement dans le lotissement, à utiliser si la situation pandémique dans la commune le justifie.

Dans un communiqué, les ministères de l’Économie et de l’Administration intérieure ont expliqué que le protocole signé avec la masse insolvable définissait un versement de 100 euros par jour pour la location temporaire de chaque logement jusqu’au 30 juin, avec possibilité de prolongation.

Les conditions s’appliquent dès le premier jour de la réquisition provisoire de ZMar, décrétée le 29 avril, et les versements qui en résultent sont versés à la masse environnante.

« La signature du protocole susmentionné fournit un cadre juridique pour l’utilisation du développement pour répondre aux besoins de logement dans le contexte de la situation de pandémie. En ces termes, il n’est pas nécessaire de maintenir le chiffre exceptionnel de la réquisition temporaire, pour des raisons d’urgence et d’intérêt public et national.

Actuellement, Odemira, dans le district de Beja, est dans la 3ème phase du plan de décontamination.

Sur les 278 communes du Portugal continental, seules deux – Golegã et Odemira – font encore l’objet de mesures plus restrictives, tandis que la majorité (276) sont dans la 4e phase du plan de décontamination.

La pandémie de covid-19 a fait au moins 3 750 028 décès dans le monde, résultant de plus de 173,9 millions de cas d’infection, selon un bilan réalisé par l’agence française AFP.

Au Portugal, 17 037 personnes sont décédées sur les 853 632 cas confirmés d’infection, selon le dernier bulletin de la direction générale de la santé.

La maladie est transmise par le nouveau coronavirus SARS-CoV-2, détecté fin 2019 à Wuhan, une ville du centre de la Chine.