Le gouvernement prévoit une exécution de trois milliards d’euros du Plan national de relance et de résilience (PRR), les fonds européens issus de la relance post-crise du covid-19, en 2022, étant l’un des « axes principaux » du budget de l’État.

« L’une des pierres angulaires de la stratégie de croissance du Portugal, l’année prochaine, est de garantir l’exécution du PRR et là nous attendons déjà un montant très important, qui pourrait même atteindre trois milliards d’euros », a-t-il déclaré aujourd’hui à l’agence Lusa. État et finances, João Leão.

S’adressant à Lusa à l’issue de la réunion des ministres de l’Économie et des Finances de l’Union européenne (Ecofin), à Kranj, en Slovénie, le responsable a noté que « le Portugal a déjà reçu la première tranche », de 2,2 milliards d’euros, avec à avance principalement dans la partie environnementale.

« Dans ce domaine, non seulement nous avons ouvert des appels d’offres, mais nous avons déjà effectué des paiements, sur des questions telles que l’amélioration de l’efficacité énergétique, […] pour que les familles investissent dans l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables, et c’est la partie qui a connu la plus grande évolution », a déclaré João Leão.

Par ailleurs, « des concours et des engagements sont en préparation dans différents domaines, et il est prévu que cela aura, dès l’année prochaine, un impact très substantiel sur la reprise de l’activité ».

Le Portugal a été le premier État membre à remettre officiellement son PRR à Bruxelles pour accéder aux fonds du mécanisme de relance et de résilience – élément central du paquet « NextGenerationEU » convenu dans l’UE pour surmonter la crise du covid-19 – et le premier à voir il a approuvé, étant également l’un des premiers pays à recevoir des fonds.

Le PRR portugais, qui a reçu le « feu vert » de la Commission le 13 juin et a été formellement approuvé par le Conseil Ecofin exactement un mois plus tard, a une valeur globale de 16,6 milliards d’euros, soit 13,9 milliards d’euros de subventions non remboursables et 2,7 milliards de prêts bonifiés.

En cause, le mécanisme de relance et de résilience, évalué à 672,5 milliards d’euros (aux prix de 2018) et un élément central de « NextGenerationEU », le fonds de 750 milliards d’euros approuvé par les dirigeants européens en juillet 2020 pour la sortie économique de l’UE de la crise. causée par la pandémie de covid-19.

« La préparation des appels d’offres se déroule à toute vitesse pour s’assurer que l’année prochaine il y ait, en fait, une exécution plus importante sur le terrain, et que les investissements et autres soutiens se fassent sentir », a déclaré João Leão à Lusa.

Le ministre de tutelle a également estimé que le PRR « est l’un des axes principaux du Budget de l’Etat » pour 2022.

C’est parce qu’elle sera liée à l’exécution des fonds européens « par différentes agences publiques » au cours de l’année, mais aussi parce que, « dans le cadre budgétaire de l’année prochaine, elle permet de croire que l’économie sera déjà bien au-dessus de 2019 ». ”.

« Nous allons continuer à croître à une valeur très élevée […] et cela apportera une contribution importante pour garantir que cette reprise, qui est encore très bien basée sur la méfiance et sur le retour à la consommation et la normalisation de leur vie, suive l’élan du PRR l’année prochaine », a déclaré João Leão à Lusa.