1-1-e1669908198824-png

Le gouvernement garantit que la mesure de retraite « ne nuit pas aux retraités d’un centime »

Le secrétaire d’État à la Sécurité sociale, Gabriel Bastos, a garanti que la mesure de lutte contre l’inflation présentée par le gouvernement lundi dernier en matière de retraites, « ne nuit pas d’un centime aux retraités ».

«Le retraité recevra 50% de plus de la pension en octobre. Il ne s’agit pas d’une ruse, d’une illusion ou d’un canular », a-t-il souligné, soulignant que l’option d’attribuer un supplément cette année entend faire face immédiatement aux conséquences de l’inflation.

Gabriel Bastos s’exprimait devant la Commission permanente de l’Assemblée de la République, réunie ce mercredi pour le débat sur l’augmentation du coût de la vie et des profits des groupes économiques et l’aggravation des inégalités, une initiative proposée par le Parti communiste portugais (PCP).

La réunion fait suite à la présentation, par le gouvernement, du paquet de mesures extraordinaires pour lutter contre l’augmentation du coût de la vie – un plan qui a suscité de vives critiques de la part des partis d’opposition.

Répondant aux accusations de l’opposition selon lesquelles les retraites seraient pénalisées en 2024, Gabriel Bastos a déclaré que « cela ne vaut pas la peine d’extrapoler à 2024 ou à toute autre année », ajoutant que « cette évaluation et cette réflexion devront être faites en temps voulu sur la base d’informations factuelles ». .plus précis, ce que nous saurons au cours de l’année prochaine ».

Le sous-secrétaire d’État et des affaires fiscales, António Mendonça Mendes, a souligné, dans le même temps, la prudence du gouvernement dans l’élaboration du paquet de mesures annoncé : « Nous garantissons, avec la marge dont nous disposons aujourd’hui, ce que nous pouvons donner sans jamais jeter. C’est notre engagement. Ne donnez jamais ce que nous devrons reprendre plus tard.

António Mendonça Mendes a également souligné que le gouvernement a mis à disposition la marge budgétaire possible pour répondre à la période difficile que traversent les familles, expliquant que cette marge découle de la différence entre les revenus dont dispose le gouvernement et les engagements supplémentaires qu’il aura.

D’autre part, le secrétaire d’État à l’environnement et à l’énergie, João Galamba, a accusé BE, PCP et même Chega de « fétichisme » avec le mot TVA, soulignant que les mesures prises par le gouvernement avaient un impact plus important sur les familles portugaises que toute proposition de ces parties.

« Le retour au tarif réglementé du gaz profite à 99,7 % des consommateurs portugais et il n’existe aucune mesure de réduction de la TVA qui s’approche même de loin de l’impact de cette baisse », a-t-il souligné.

« Une mesure de TVA pour avoir un impact similaire au retour au tarif réglementé devrait avoir un taux de TVA négatif de l’ordre de 50 %. C’est-à-dire que chaque fois que quelqu’un achetait, il recevait la TVA de l’État, car c’est le seul moyen pour la TVA d’approcher la mesure que nous prenons », a-t-il conclu.

Articles récents