1-1-e1669908198824-png
le-gouvernement-et-les-syndicats-reprennent-aujourdhui-les-negociations-sur

Le gouvernement et les syndicats reprennent aujourd’hui les négociations sur le recrutement des enseignants

Le troisième tour de négociation aura lieu dans deux jours, aujourd’hui et vendredi, et la Fédération nationale de l’éducation (FNE) sera l’une des premières structures syndicales à entendre les propositions de la tutelle.

Vendredi, le ministre a indiqué, en conférence de presse, qu’il présenterait aux négociations des propositions concrètes sur le nouveau modèle de recrutement, mais a refusé de révéler lesquelles, précisant qu' »après le dialogue avec les syndicats, ces propositions seront connues en en temps voulu ».

João Costa avait cependant déjà avancé que le ministère de l’Éducation allait plus loin face aux revendications des syndicats dans certains domaines, notamment dans les modifications des cadres du domaine pédagogique.

Les négociations sur cette question ont commencé en septembre et la dernière réunion remonte à plus de deux mois, le 8 novembre.

A l’époque, le Gouvernement proposait des modifications du personnel de la zone pédagogique, la création de conseils d’administration locaux avec pouvoir d’affecter les enseignants aux écoles et d’évaluer les besoins permanents des écoles.

Le ministre a dit son intention de lier à la commission scolaire les enseignants qui travaillent dans un établissement d’enseignement donné depuis trois ans ou plus, en supposant qu’à partir de cette période, ils ne répondent plus qu’à un besoin temporaire.

Outre l’examen du régime de recrutement et de mobilité, les réunions permettent également d’analyser une proposition de calendrier d’activité sur d’autres sujets.

Le troisième round de négociations intervient à un moment de forte opposition des enseignants, qui rejettent certaines des intentions de la tutelle pour le nouveau régime de recrutement et de mobilité et réclament des réponses à plusieurs problèmes anciens, liés aux conditions de travail et salariales, à la progression de carrière et à la précarité.

Après les réunions d’aujourd’hui avec le FNE et certains des plus petits syndicats, le ministre recevra vendredi les organisations restantes, dont la Fédération nationale des enseignants (Fenprof), qui a appelé à un rassemblement devant le ministère de l’Éducation alors que des réunions sont Prendre place.

Les enseignants sont en grève depuis le 9 décembre et il y a actuellement trois grèves distinctes déclenchées par divers syndicats. Le premier est une initiative du Syndicat de tous les professionnels de l’éducation (STOP) qui, en décembre, a appelé à une grève illimitée, que les enseignants ont partiellement respectée, un seul temps de classe, et pour laquelle ils ont déjà été prévenus par le 31 Janvier.

Au début de la 2e période, le Syndicat indépendant des enseignants et éducateurs (SIPE) a déclenché une nouvelle grève partielle, cette fois pendant la première période de cours pour chaque enseignant, qui devrait durer jusqu’en février. Pendant ce temps, lundi, une grève générale a eu lieu dans tous les districts pendant 18 jours, appelée par une plate-forme de syndicats qui comprenait Fenprof.

MYCA // JMR

Articles récents