Le ministre des Sciences, de la Technologie et de l’Enseignement supérieur, Manuel Heitor, a révélé la décision de ratifier la création du nouveau lycée lors de la présentation du projet, qui a eu lieu aujourd’hui à AquaValor, à Chaves, lors d’une cérémonie en présence du ministre de Cohésion territoriale, Ana Abrunhosa.

« Je ratifie l’inclusion de l’école dans un réseau européen en étroite articulation dans les activités de recherche et d’innovation dans le laboratoire collaboratif AquaValor ainsi qu’en étroite articulation avec la Communauté Intercommunale (CIM) d’Alto Tâmega, y compris l’innovation et le développement de projets d’entreprise pour améliorer les nouveaux produits et systèmes d’eau », a déclaré Manuel Heitor lors de son discours.

Pour le responsable, ce partenariat entre le CIM d’Alto Tâmega, qui comprend les communes de Chaves, Valpaços, Boticas, Montalegre, Vila Pouca de Aguiar et Ribeira de Pena, et l’IPB permettra la création de « plus de richesse locale ».

« Aujourd’hui, nous savons encore plus que la valorisation des ressources endogènes, telles que l’eau, a besoin de personnes et de connaissances et cela se fait en attirant les jeunes vers l’enseignement supérieur et en menant des activités de recherche », a-t-il déclaré, dans des déclarations aux journalistes, à la fin de la cérémonie.

L’École d’accueil et de bien-être est née du travail que l’école polytechnique a développé ces dernières années dans le domaine du potentiel lié à l’hydrothérapie et à l’eau dans la région d’Alto Tâmega, et avait déjà été approuvée par les organes internes des organes de la IPB.

La proposition de l’école polytechnique de Bragança, maintenant approuvée, vise à renforcer le pôle eau et thermalisme avec trois degrés, à savoir la gestion hôtelière, la physiothérapie et le thermalisme et la restauration.

Après l’autorisation de la tutelle d’aller de l’avant, le président de l’IPB, Orlando Rodrigues, a souligné aujourd’hui, à l’issue de la cérémonie, qu’une commission d’installation va désormais être « nommée » pour « poursuivre les étapes de construction de ce projet ».

« Nous allons immédiatement procéder à la demande de création des premiers degrés. Ce n’est pas possible dans cette prochaine année universitaire, mais l’année suivante nous aurons un ensemble de diplômes en fonctionnement, nous aurons plus de cours techniques supérieurs, de recherche et un corps enseignant », a-t-il souligné.

Le ministre des Sciences, de la Technologie et de l’Enseignement supérieur a également garanti que le pari de l’IPB et d’Alto Tâmega bénéficierait du « plein soutien » du gouvernement « avant tout pour l’enseignement supérieur de proximité ».

« Aujourd’hui, il y a un enseignement supérieur dans 30 % des communes, sur 133, et c’est très important de continuer dans cette voie », a souligné Manuel Heitor.

L’enseignement supérieur public revient à Chaves et à Alto Tâmega, après la fermeture de l’Université de Polo de Trás-os-Montes et d’Alto Douro en 2015.

Le Campus de l’Eau devrait fonctionner provisoirement réparti entre les installations du Laboratoire Collaboratif d’AquaValor, les installations de l’École Professionnelle de Chaves, fournies par la mairie, et les installations de la Station Thermale Pédagogique pour la Recherche et le Développement des Pratiques Thermales à Vidago.

L’IPB compte actuellement cinq écoles supérieures, à Bragança et Mirandela, avec 9 000 étudiants, dont un tiers sont internationaux, et proposent des formations en filières techniques pour les masters.

L’IPB rejoint l’École de tourisme et de bien-être, à Chaves, avec l’École de communication, d’administration et de tourisme de Mirandela, et de santé, éducation, agraire et technologie et gestion, à Bragança.

DYMC (HFI) // RBF

Le contenu du gouvernement donne le feu vert pour la création d’une nouvelle école supérieure IPB à Chaves apparaît d’abord à Visão.