1-1-e1669908198824-png
doc-20191219-27712675-jsg_5265-1-6198285-4195317-jpg

Le gouvernement dit avoir de « bons signes » de la part de l’Union européenne concernant les priorités de l’économie portugaise

Le secrétaire d’État aux Affaires européennes, Tiago Antunes, voit avec optimisme la relation entre l’Union européenne (UE) et le Portugal, déclarant que c’est « avec optimisme » qu’il regarde la conduite de l’Union européenne dans la défense des priorités nationales , notamment en termes d’économie.

« C’est avec la force d’une Union unie et cohésive que nous pourrons relever de sérieux défis, et en même temps répondre aux aspirations nationales avec des outils européens pour défendre les intérêts de nos concitoyens », a déclaré le ministre, soulignant que  » c’est avec satisfaction » que le Le gouvernement considère le discours de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen , ainsi que la lettre d’intention de la Commission européenne car ils « répondent à nombre de nos priorités ».

Tiago Antunes s’exprimait au début du débat sur l’état de l’Union, qui a eu lieu à l’Assemblée de la République ce mercredi, informant également que le gouvernement a entamé un travail qui « anticipe l’élaboration du programme de travail de l’Union européenne ». Commission et, à l’avance, de présenter des propositions pour ce programme de travail qui sont des priorités au niveau national », élaborées en collaboration avec les acteurs sociaux et municipaux.

De ce processus est né le programme « Les priorités du Portugal pour le programme de travail de la Commission européenne » dans le but de « valoriser la vision du Portugal et de la rendre plus décisive en Europe », a expliqué Tiago Antunes.

Le responsable a salué le train de mesures établi au niveau européen dans le domaine de l’énergie, à savoir la solution à long terme, de miser sur l’hydrogène vert avec la création d’une banque de l’hydrogène, budgétisée à trois milliards d’euros.

Le gouvernement portugais soutient également l’objectif de l’UE d’atteindre une plus grande autonomie face aux crises extérieures, notamment en atténuant le manque de matières premières essentielles. D’autres mesures qu’il a saluées concernaient l’annonce de la création d’une académie des compétences en cybersécurité, ainsi que le paquet défense de la démocratie et les mesures annoncées pour renforcer la sécurité maritime.

Dans le contexte de la guerre en Ukraine, le secrétaire d’État aux Affaires européennes a également déclaré que le gouvernement s’efforçait d’avoir « un rôle plus interventionniste et plus opportun », car il s’agit d’une priorité pour l’UE.

Une fois le discours du gouverneur terminé, ce fut le plus grand parti de l’Assemblée de la République à intervenir. La députée PS Jamila Madeira a rappelé l’importance de « ne pas revenir aux erreurs du passé » face aux crises financières, prônant la création d’un mécanisme commun d’assurance des dépôts.

« Le moment est au renforcement de la cohésion et de l’union » a déclaré le député socialiste.

Articles récents