L’exécutif açorien (PSD/CDS-PP/PPM), dirigé par le social-démocrate José Manuel Bolieiro, a publié aujourd’hui une « clarification » après un « article d’opinion publié » dans le journal Açoriano Oriental, par le leader de BE/Açores, António Lima. , qui a appelé le gouvernement à réduire le taux d’intérêt sur la dette de la région envers l’AED.

« Le XIIIe gouvernement régional des Açores honore les engagements pris par les gouvernements précédents », lit-on dans le communiqué.

Le 3 février, BE/Açores, lors d’une conférence de presse, a annoncé qu’il recommanderait au parlement des Açores que le gouvernement régional renégocie avec la compagnie d’électricité des Açores les intérêts moratoires sur les dettes envers la compagnie, qui ne devraient pas dépasser 4 %.

En jeu, l’accord de paiement de la dette d’éclairage public que l’ancien cadre du PS a signé avec l’EDA le 12 novembre 2020.

Selon le gouvernement açorien, la dette, « à payer en trois fois », s’élève à plus de 6,5 millions d’euros, « plus les intérêts de retard », avec plus de 930 mille euros d’intérêts de retard payés en 2021.

«Le gouvernement des Açores, par l’intermédiaire de la direction régionale de l’énergie, considère que la décision de payer la dette et les intérêts de retard correspondants était la seule possible, conformément au contrat signé par l’exécutif précédent et aux dispositions émises par le entité de régulation du secteur. », indique le gouvernement.

L’exécutif régional souligne que l’accord définit que « le non-paiement des échéances dans les délais » implique « l’échéance immédiate de la totalité de la dette ».

« Néanmoins, une analyse précise des procédures et leur éventuelle révision, si possible d’un point de vue juridique, ne sont pas exclues, plaçant, avant tout, la défense de la légalité, de l’intérêt public et de la confiance dans les engagements assumés par le Gouvernement du États-Unis Açores », informe l’exécutif.

Lors de la conférence de presse du 3 février, le dirigeant du Bloc a expliqué que l’intérêt « était calculé au taux d’intérêt commercial, soit entre 7% et 8%, suite à une recommandation de l’Autorité de régulation des services énergétiques (ERSE) » .

António Lima a défendu un taux d’intérêt « moins pénalisant pour les deniers publics », estimant que le recours à la recommandation de l’ERSE « bénéficie à EDA, en particulier aux actionnaires privés », portant au gouvernement régional « un toast à la République populaire de Chine, propriétaire d’EDP, et au groupe Bensaúde », tous deux actionnaires privés de la compagnie d’électricité açorienne.

Le dirigeant de BE a souligné que la région « pourrait payer, en intérêts seuls, environ deux millions d’euros pour une dette de 6,5 millions », une « taxe obscène, une véritable atteinte aux caisses de la région perpétrée par le Gouvernement régional lui-même », le actionnaire majoritaire d’EDA.

RPYP (JME) // VAM