Le Gouvernement va créer un soutien extraordinaire de 18 millions d’euros pour renforcer les réponses sociales, a annoncé ce mercredi le ministère du Travail, de la Solidarité et de la Sécurité sociale, qui va également augmenter la contribution financière des institutions.

Ces mesures résultent d’une convention conclue ce jour entre le Gouvernement et le secteur concernant l’Engagement de coordination du secteur social et solidaire.

Concernant le nouveau soutien temporaire et extraordinaire, d’un montant total de 18 millions d’euros, l’objectif est d’accompagner les établissements à garantir « des réponses sociales inclusives et de qualité », explique le ministère dans un communiqué.

En pratique, les établissements percevront une mensualité supplémentaire de 18 euros par usager dans les structures résidentielles et les services de maintien à domicile et de 6,6 euros par usager dans les autres réponses sociales non résidentielles.

L’exécutif justifie ce renforcement par le « contexte actuel de hausse des coûts, notamment alimentaires et énergétiques, résultant de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et de l’inflation ».

A ce soutien s’ajoutera également un renforcement, à compter de janvier 2022, de la contribution financière des structures d’hébergement pour personnes âgées, qui passera de 433 euros par mois à 470,16, et des centres de jour, qui percevront 140 euros. par mois. , au lieu des 125 euros précédents.

« Pour les réponses sociales restantes et les conventions atypiques, une majoration de 3,6% de la contribution financière a été instaurée », ajoute la tutelle.

Dans un communiqué, le ministère du Travail, de la Solidarité et de la Sécurité sociale précise que l’avenant extraordinaire à l’Engagement de Coopération représente « la plus forte augmentation jamais enregistrée du ticket modérateur pour renforcer les réponses d’accompagnement social aux personnes les plus vulnérables ».

Les modifications convenues entre le gouvernement, l’União das Misericórdias Portuguesas, la Confédération nationale des institutions de solidarité, les mutuelles portugaises et la Confédération coopérative portugaise incluent également les crèches gratuites.

La mesure, annoncée la semaine dernière et qui entre en vigueur le 1er septembre, instaure la gratuité des garderies pour les quelque 80 000 enfants nés l’année dernière, depuis le 1er septembre 2021.

« Jusqu’en 2024, la gratuité des accueils de jour sera mise en place de manière progressive, en augmentant chaque année une année supplémentaire d’accueil de jour pris en charge, à hauteur de tous les enfants du réseau social et solidaire », ajoute le ministère.