1-1-e1669908198824-png
le-gouvernement-cree-un-instrument-pour-faciliter-le-soutien-aux

Le gouvernement crée un instrument pour faciliter le soutien aux entreprises touchées par des situations défavorables

« Ce diplôme vise à créer l’instrument juridique permettant au Conseil des ministres de créer un soutien permettant le rétablissement des activités économiques des entreprises directement touchées, avec des pertes directes allant jusqu’à 200 000 euros, dues à des situations défavorables, c’est-à-dire incendies, inondations, glissements de terrain, tornades, tremblements de terre, ouragans, entre autres », a déclaré la ministre de la Cohésion territoriale, Ana Abrunhosa.

Lors d’une conférence de presse après la réunion du Conseil des ministres d’aujourd’hui, à Lisbonne, Ana Abrunhosa a souligné que pour que les entreprises bénéficient de ce soutien « il est nécessaire qu’il y ait une résolution préalable du Conseil des ministres qui détermine que la situation est exceptionnelle » , qui s’applique également au soutien dans le cadre des récentes inondations dans le Grand Lisbonne.

« A partir du moment où l’on définit les communes dans lesquelles se sont produites ces situations adverses, les entreprises de ces territoires, qu’elles soient de l’industrie, du commerce, des services, [podem ser apoiadas]», a indiqué le ministre, faisant référence au fait que le diplôme exclut les secteurs de l’agriculture et de la sylviculture, car les deux disposent déjà d’un instrument juridique pour que, dans des situations extrêmes, il y ait une aide du gouvernement.

Ana Abrunhosa a souligné que le décret-loi approuvé aujourd’hui « permet d’activer le soutien lorsque des situations se produisent comme elles se sont produites il y a peu de temps », à savoir les incendies de Serra da Estrela et les inondations les plus récentes qui ont particulièrement touché la zone métropolitaine de ​​​​Lisbonne et l’Alentejo.

Cette aide, a-t-il indiqué, sera coordonnée par les Commissions de coordination et de développement régional (CCDR), avec un constat de sinistre effectué par une entité agréée, qui peut être une compagnie d’assurance.

«Les soutiens seront accordés après déduction de l’assurance – que les gens doivent activer immédiatement – ​​et de tout soutien des conseils municipaux. La prise en charge peut aller jusqu’à 100%, mais plus tard ce sera en Conseil des ministres que les taux de cotisation seront concrètement définis », a souligné le ministre.

Interrogé sur les appuis pour répondre aux récentes inondations, le ministre de la Cohésion des territoires a indiqué qu’« en ce moment, les maires, en lien avec la CCDR, sont en train de réaliser les relevés », il y a aussi des structures des ministères, notamment de l’Agriculture et de l’Environnement. , de collaborer à ce processus.

« Le rapport de sinistre, si tout se passe bien, nous sera remis à la fin de cette année. A partir de là, ce n’est pas automatique […]🇧🇷 Dès lors, nous devrons nous réunir en Conseil des ministres et faire une résolution du Conseil des ministres qui prévoit des mesures pour les différents types de dommages », a souligné Ana Abrunhosa, espérant que ce diplôme sera discuté en janvier.

SSM // ROC

Articles récents