Par une ordonnance publiée aujourd’hui dans Diário da República (DR), la secrétaire d’État au Budget, Cláudia Joaquim, et la secrétaire d’État adjointe au patrimoine culturel, Ângela Carvalho Ferreira, ont autorisé la reprogrammation des charges d’un «montant total de 976 465» Euros.

«La DRCA est autorisée à reprogrammer les frais d’installation de la Casa da Cidadania Salgueiro Maia, à Castelo de Vide, pour un montant total de (euros) 976 465, TVA incluse, à condition de disposer d’un financement européen avec une demande et un financement approuvés maximum national de 244 116,25 (euros) et la contribution publique nationale ne doit pas dépasser un taux moyen de 25% du marché », peut-on lire dans le document.

Contacté par l’agence Lusa, le maire de Castelo de Vide, António Pita, a expliqué que ce montant désormais autorisé par le gouvernement se réfère au coût «d’une phase» du projet, à savoir en ce qui concerne le volet muséologique.

« Cette ordonnance révèle le coût d’une phase du musée, composée de plusieurs phases, de différents prix et, ce prix, ne concerne que la partie muséologique, pour le bâtiment mère », a-t-il précisé.

António Pita, qui a indiqué que le projet dans son ensemble a un investissement «d’environ 3,5 millions d’euros», a également supposé que la contribution nationale serait fournie par la municipalité.

La Casa da Cidadania Salgueiro Maia, qui est en cours de construction dans le château du village, est un centre muséal qui rend hommage au capitaine d’avril, et devrait être inauguré, selon le maire, le 1er juillet.

Salgueiro Maia, originaire de Castelo de Vide, a exprimé deux vœux dans un testament, l’un devait être enterré dans ce village, dans une tombe peu profonde, et l’autre devait laisser son domaine à la municipalité afin qu’il puisse faire l’objet d’une muséalisation. .

Parmi les pièces qui font partie de la collection à installer dans le noyau muséologique se trouve le mégaphone bien connu avec lequel, le 25 avril 1974, au Largo do Carmo, à Lisbonne, le capitaine de l’époque a sommé Marcelo Caetano de se rendre et de remettre pouvoir aux forces de la démocratie.

L’espace du musée présentera également l’uniforme et le «  quico  » que portait Salgueiro Maia ce jour-là, entre autres uniformes, motifs, fanions, bannières et bannières, insignes, diplômes et louanges, documents militaires et registres scolaires appartenant à l’armée.

La Casa da Cidadania Salgueiro Maia accueillera également un espace avec des affiches, des photographies et une collection de chars miniatures, la spécialité de Salgueiro Maia en tant qu’officier de cavalerie et sa grande passion professionnelle.

HYT // TDI