1-1-e1669908198824-png

Le gouvernement attentif aux « inquiétudes » sur la hausse des loyers garantit que « le dossier est en cours d’analyse »

« Le gouvernement suit les inquiétudes qui ont été exprimées à ce sujet, notamment par les différentes associations du secteur », a déclaré à Lusa une source officielle du ministère des Infrastructures et du Logement.

« Pour le moment, l’affaire est toujours à l’étude », a-t-il ajouté.

Le Premier ministre, António Costa, a annoncé une réunion extraordinaire du Conseil des ministres qui se tiendra lundi prochain pour approuver un paquet de soutien aux revenus familiaux, compte tenu des effets de l’inflation.

Interrogé par Lusa pour savoir si ces mesures de soutien pouvaient freiner la hausse des loyers, le bureau de Pedro Nuno Santos n’a pas donné plus de détails.

La valeur des loyers pourrait augmenter de 5,43 % en 2023, après avoir augmenté de 0,43 % cette année, selon les chiffres de l’inflation des 12 derniers mois jusqu’en août publiés aujourd’hui par l’Institut national de la statistique (INE).

Selon les données de l’INE, au cours des 12 derniers mois jusqu’en août, la variation moyenne de l’indice des prix, hors logement, a été de 5,43%, valeur qui sert de base au coefficient utilisé pour la mise à jour annuelle des loyers pour l’année suivante, dans le cadre du New Urban Lease Scheme (NRAU) et qui représente 5,43 euros supplémentaires pour 100 euros de loyer.

Cependant, la valeur effective d’actualisation des loyers ne sera déterminée que lorsque, le 12 septembre, l’INE publiera les données définitives se référant à l’IPC d’août 2022.

La hausse des loyers de 5,43% en 2023, applicable aussi bien en milieu urbain que rural, fait suite à la hausse de 0,43% enregistrée cette année, suite au gel de 2021 (suite à la variation négative de l’indice des prix) et aux hausses de 0,51% en 2020, 1,15% en 2019, 1,12 % en 2018, 0,54 % en 2017 et 0,16 % en 2016.

Selon la loi, les valeurs des loyers sont généralement soumises à des mises à jour annuelles qui sont automatiquement appliquées en fonction de l’inflation. La NRAU stipule que l’INE est responsable de la détermination du coefficient de mise à jour du loyer, qui doit être inclus dans un avis à publier dans le Diário da República avant le 30 octobre de chaque année pour entrer en vigueur.

Ce n’est qu’après publication dans le Diário da República que les propriétaires pourront annoncer l’augmentation de loyer aux locataires, et l’augmentation ne pourra effectivement avoir lieu que 30 jours après cet avis.

Selon la loi sur le bail, la première mise à jour peut être exigée un an après la mise en vigueur du contrat, et la suivante un an après la mise à jour précédente, le bailleur devant communiquer par écrit, au moins 30 jours à l’avance, le coefficient de actualisation et les nouveaux revenus résultant de ce calcul.

S’ils ne le souhaitent pas, les propriétaires ne sont pas tenus d’appliquer cette mise à jour.

Les loyers antérieurs à 1990, cependant, ont été mis à jour en novembre 2012, selon la NRAU, ce qui vous permet d’augmenter les loyers plus anciens grâce à un processus de négociation entre propriétaire et locataire. S’ils ont fait l’objet de ce mécanisme de mise à jour extraordinaire, ils sont dispensés d’un nouveau téléchargement.

PD // JNM

Articles récents