1-1-e1669908198824-png
le-gouvernement-affirme-quil-ne-manquera-pas-daide-et-de

Le gouvernement affirme qu' »il ne manquera pas d’aide et de moyens » pour réparer les dégâts

La ministre de la Cohésion territoriale, Ana Abrunhosa, a déclaré aujourd’hui que « l’aide et les moyens ne manqueront pas » pour réparer les dégâts causés par les intempéries de ces derniers jours, admettant le recours aux mécanismes d’aide internationaux.

« Il ne manquera pas d’aide et de moyens pour réparer ces dégâts », mais « ce n’est pas la peine de parler d’argent, car nous ne savons toujours pas ce qui est en jeu », a souligné le responsable, dans des déclarations aux journalistes de Campo Maior, dans le quartier de Portalegre.

Ana Abrunhosa, accompagnée du maire, Luís Rosinha, et d’autres dirigeants politiques, a visité la zone du village de l’Alentejo la plus touchée par les fortes pluies tombées mardi matin.

Après être entrée dans certaines maisons complètement inondées par les inondations et avoir parlé aux habitants, la ministre a expliqué qu’elle voulait voir les dégâts causés par la pluie dans cette zone du centre de Campo Maior, connue sous le nom d’Alagoa.

« C’est important d’avoir cette perception et de comprendre maintenant, au sein des dispositifs d’accompagnement, comment on peut accompagner rapidement les familles, toujours en partenariat avec les communes », a souligné le titulaire du portefeuille Cohésion des territoires.

Selon Ana Abrunhosa, c’est « le moment » de l’évaluation financière des pertes, en collaboration avec les municipalités, de sorte que, « très bientôt », les « mécanismes » disponibles pour accorder des aides seront définis.

« On peut même, si les dégâts atteignent un certain niveau, recourir à des niveaux d’aide internationale », a-t-il admis, insistant sur le fait qu’il faut maintenant parler aux familles et leur dire qu' »une solution » sera trouvée.

Estimant que « l’urgence » est de trouver des appuis pour remplacer « le mobilier des maisons » qui ont été inondées, le ministre a reconnu que les familles déplacées « souhaitent rentrer chez elles au plus vite, surtout en cette période de Noël ».

« Il est temps de passer des mots de tranquillité, que nous trouverons une solution, nous évaluerons toutes les pertes et comprendrons celles qui sont les plus urgentes afin que nous puissions agir plus rapidement », a-t-il réaffirmé.

Ana Abrunhosa a déclaré qu’il existe déjà « une méthodologie » sur la façon d’enquêter et d’évaluer les dégâts et qu’une fois ce travail terminé, il sera décidé quel type de ressource sera activé.

« Après avoir évalué, nous verrons si les dommages sont d’un certain montant et [se] devons-nous recourir à l’aide internationale ou devons-nous utiliser les instruments juridiques dont nous disposons au niveau national », a-t-il déclaré.

Interrogé sur un éventuel retard dans l’arrivée de l’aide aux populations, le ministre a reconnu que « ça sera toujours très lent pour ceux qui en ont besoin », soulignant qu’il faudra procéder à une « évaluation rigoureuse », puisque « les ressources publiques » sont en jeu.

« Ce que nous devons assurer aux familles, c’est que nous ferons tout pour qu’elles rentrent rapidement chez elles » et, dans le cas des communes, « soutenir ce qui est le plus urgent », a-t-il ajouté.

Largo do Barata et Rua da Lagoa, dans le centre de Campo Maior, ont été inondés et plusieurs maisons ont été inondées, certaines avec de l’eau jusqu’au plafond, selon le conseil municipal, qui a activé le plan d’urgence de la protection civile municipale et a indiqué l’existence de 20 personnes déplacées, de sept familles.

Dans une première estimation, le maire de la commune, Luís Rosinha, a estimé l’existence de dommages de l’ordre de deux millions d’euros dans la commune, dus aux intempéries, mais a admis que cette valeur pourrait augmenter.

Les pluies intenses et persistantes ont causé, mardi, des centaines d’événements, dont des inondations, des chutes d’arbres et des coupures de route dans les quartiers de Lisbonne, Setúbal et Portalegre.

SM (RRL/HYT) // RRL

Articles récents