« Une réforme du TAD, si jamais elle existe, ne fera l’objet que d’une proposition beaucoup plus large de la part des responsables des entités liées ou dont les institutions sont directement liées au fonctionnement du TAD », a-t-il dit.

João Paulo Correia s’exprimait à l’agence Lusa au sujet des déclarations faites la semaine dernière par le président de la Ligue portugaise de football professionnel (LPFP), Pedro Proença, sur le fonctionnement du TAD.

Le président de la LPFP a alors défendu que le Tribunal arbitral du sport ne devrait pas exister et a suggéré au gouvernement la création d’une instance qui pourrait trancher plus rapidement les affaires judiciaires.

« Le pouvoir politique devrait se concentrer sur la création d’un tribunal des sports qui traite efficacement ces questions, avec des processus rapides et capables », a-t-il dit, rappelant que, de la manière actuelle, une sanction décidée par le Conseil de discipline a encore des ressources pour le TAD puis devant le tribunal central, retardant la procédure.

Aujourd’hui, à Évora, le secrétaire d’État a estimé que « les réformes structurelles doivent être très bien réfléchies », soulignant que les entités liées au fonctionnement du TAD « doivent être appelées à réfléchir sur le fonctionnement de la cour ».

« Le gouvernement est ouvert à l’écoute d’entités telles que la Fédération portugaise de football, la LPFP, les clubs qui participent aux compétitions de football professionnel et les responsables du TAD, ainsi que les autres modalités », a-t-il déclaré.

Inutile de dire s’il approuve le fonctionnement du TAD, João Paulo Correia a souligné que, pour qu’il y ait « un changement » dans le tribunal, « il est nécessaire que toutes les entités, directement ou indirectement impliquées, s’expriment, de manière souhaitable, en son sens ».

« Un changement dans le fonctionnement du TAD doit être l’objectif des entités qui se rapportent directement ou indirectement à la cour et ce n’est qu’à partir de là que le gouvernement peut décider s’il est disponible ou non pour apporter des changements », a-t-il insisté.

Concernant la mort d’un enfant qui a été heurté par une voiture alors qu’il traversait la route lors d’une étape du Madeira Wine Rally, le responsable a regretté « profondément la tragédie » et a déclaré qu’il attendait l’enquête du ministère public, qui déterminera les responsabilités. .

L’accident s’est produit samedi après-midi, lors de la dernière étape du Madeira Wine Rally, lorsque la victime a traversé la route à pied et a été récupérée par le véhicule dans lequel suivait le pilote madérien Miguel Gouveia.

Le piétinement s’est produit à Serra de Água, municipalité de Ribeira Brava, dans l’ouest de l’île, et a forcé l’interruption de l’étape.

La victime a été transportée au Dr. Nélio Mendonça, à Funchal, mais n’a finalement pas pu résister à ses blessures.

Le secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports prévoit une tournée dans l’Alentejo et l’Algarve, jusqu’à mercredi, avec des visites d’organismes, d’institutions et d’associations dans les districts de Portalegre, Évora, Beja et Faro.

SM (VR/TFS) // VR