La Banque centrale européenne (BCE) tient à nouveau aujourd’hui à Sintra, dans le quartier de Lisbonne, son forum annuel consacré cette année aux défis de la politique monétaire dans un monde en mutation rapide.

Après deux ans menés par voie télématique en raison de la pandémie, le sommet de trois jours revient à Sintra en personne, comme les années précédentes.

Le thème de cette année a été modifié pour refléter les évolutions mondiales récentes et le sommet abordera les défis auxquels est confrontée l’économie de la zone euro aujourd’hui.

« La hausse de l’inflation, principalement en raison de la hausse des prix de l’énergie, des pénuries d’approvisionnement liées à la pandémie et de la demande refoulée déchaînée, a créé un environnement difficile et incertain pour les banques centrales du monde entier. Et l’invasion de l’Ukraine par la Russie a encore compliqué les perspectives économiques, notamment pour l’Europe», souligne la BCE, sur sa page dédiée au sommet.

Les gouverneurs des banques centrales, les universitaires, les économistes et les représentants des marchés financiers analyseront les implications de ces facteurs pour l’économie de la zone euro dans le contexte mondial, y compris les tendances qui semblent avoir été renforcées par la pandémie, et la manière dont elles pourraient affecter la politique monétaire à l’avenir.

L’objectif, précise l’organisation, est de discuter notamment, au regard de l’inflation dans la zone euro, du rôle des réseaux de production internationaux et des facteurs clés dans le comportement des prix de l’énergie, notamment les évolutions géopolitiques et les modifications des structures d’approvisionnement.

Quant à la formulation de la politique monétaire, l’impact des anticipations d’inflation et des booms immobiliers fera également l’objet de débats, avec des sessions sur les nouvelles technologies ainsi que les monnaies numériques des banques centrales dans l’environnement mondial actuel et les caractéristiques d’un euro-numérique potentiel.

Le sommet débutera par un dîner et un accueil par la présidente de la BCE, Christine Lagarde, suivis d’un discours de Ngozi Okonjo-Iweala, directrice générale de l’Organisation mondiale du commerce.

Mardi, le forum démarre par un discours de Lagarde, avec une session sur la mondialisation et le marché du travail prévue ce matin, animée par l’économiste en chef de la BCE, Philip Lane, et une autre sur la volatilité des prix de l’énergie et un panel sur le projet d’euro numérique.

Mercredi, le vice-président de la BCE, Luis de Guindos, animera un débat sur la politique monétaire et le boom immobilier, ainsi qu’une session sur les chaînes de valeur mondiales, les contraintes d’approvisionnement et le commerce international.

Il y aura également un panel sur les anticipations d’inflation dans la formulation de la politique monétaire, animé par Isabel Schnabel, membre du directoire de la BCE.

Le même jour dans l’après-midi, le point d’orgue sera le panel dans lequel, outre Lagarde, le président de la Réserve fédérale américaine, Jerome Powell, le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Andrew Bailey, et le directeur général de la Banque des Règlements participera International, Agustín Carstens.

Sintra accueille le forum annuel de la BCE depuis 2013, qui reproduit le modèle que la Fed a mis en place depuis 1978 dans la ville de Jackson Hole, Kansas, aux États-Unis.

AAT (JE) // MSF