« Une fois la reprise bien établie, la Banco de Portugal (BdP) pourrait envisager d’introduire un coussin de fonds propres contracyclique à notation positive ou un coussin de risque systémique sectoriel contre les risques macrofinanciers potentiels liés aux expositions immobilières des banques », suggère le Fonds monétaire international ( FMI), dans les conclusions de l’évaluation annuelle du Portugal, publiées aujourd’hui.

Lors d’un point de presse aujourd’hui, Rupa Duttagupta, qui a dirigé la mission du FMI au Portugal, a souligné que le système bancaire avait jusqu’à présent « relativement bien résisté » aux deux doubles chocs – pandémie et guerre.

« Les niveaux de capital ont augmenté au cours de l’année écoulée, les PNP diminuent et, en général, la rentabilité des banques est légèrement supérieure. Tout cela est une bonne nouvelle », a-t-il déclaré.

Cependant, il a averti qu' »il existe des risques intérieurs qui, heureusement, ne se sont pas matérialisés, mais n’ont pas disparu ».

Dans les conclusions de l’évaluation pour le Portugal, le FMI souligne que la surveillance étroite de la qualité du crédit des banques reste essentielle, avertissant que l’impact de la fin des moratoires et des nouveaux risques, y compris le marché immobilier, sur la qualité du crédit devraient continuer à être des sources d’incertitude pendant un certain temps.

« Les autorités prudentielles surveillent activement la qualité de crédit des banques et confirment que la matérialisation du risque de crédit, jusqu’à présent, n’a pas été aussi importante que prévu au début de la pandémie. Les stratégies de réduction des NPL portent leurs fruits, mais certaines banques n’ont pas encore achevé leur processus d’ajustement », peut-on lire dans les conclusions.

Pour autant, Rupa Duttagupta a estimé que le Portugal devait rester « conscient » de l’impact de la fin des moratoires.

Le FMI considère que les risques de hausse des prix de l’immobilier, bien que contenus, doivent également être « surveillés de près ».

Rupa Duttagupta a ajouté que « ces risques ne sont pas élevés pour le moment, mais ils pourraient augmenter si les prix de l’immobilier continuent d’augmenter ».

Pour le responsable du FMI, pour éviter ces risques, il faut « construire progressivement » des « tampons » de capital (lorsque, dans la structure du capital, le capital réglementaire détenu est supérieur au minimum requis par le régulateur) là où ils sont plus petits, mais aussi pour rendre le système bancaire plus résilient.

« La reconstitution des coussins de capital doit se faire progressivement et les distributions de dividendes et les rachats d’actions doivent être prudents jusqu’à ce que les incertitudes sur les besoins en capital, également à la lumière des nouveaux chocs économiques, soient mieux évaluées », explique l’institution.

AAT // JNM