Jorge Prats, Olga Kern et Jan Michiels sont les autres pianistes annoncés pour les six récitals différents du festival, qui se tiendront au cours des prochains week-ends, jusqu’au 31 juillet.

« Un événement qui servira aussi à honorer la pianiste et pédagogue Tania Achot », décédée en janvier dernier, à l’âge de 85 ans, indique dans un communiqué la Câmara de Oeiras, partenaire de l’Académie Flor de Murta, qui organise le festival.

L’organisation souligne que Tania Achot a « profondément influencé » l’école de piano portugaise, avec ses interprétations, et en tant que professeur à l’École de musique de Lisbonne, « enseignant à des générations successives de grands noms de la scène pianistique nationale ».

D’origine arménienne, Tania Achot-Haroutounian est née dans l’ancienne Perse, l’actuel Iran, où elle est née en 1937, le 3 janvier, mais se revendique d’origine et de formation musicale russes. Elle est ensuite devenue portugaise, après avoir été mariée au pianiste José Sequeira e Costa (1929-2019). Il obtient la 3e place du Concours international de piano Chopin de Varsovie en 1960, édition remportée par le pianiste italien Maurizio Pollini.

« Tania Achot est l’auteur d’une discographie étendue et pertinente, qui comprenait des enregistrements pour Deutsche Grammophon, ayant participé à des saisons musicales successives organisées par la Fondation Calouste Gulbenkian, intégrées dans les cycles de piano — se produisant avec l’orchestre et en récitals en solo », rappelle l’organisation du festival, qui inclut nombre de ses compositeurs fétiches, au programme de cette cinquième édition.

Entre le dimanche suivant, le 26 juin, et le dernier jour de juillet, toujours à l’Auditorium Ruy de Carvalho, à Carnaxide, dans la commune d’Oeiras, Teresa da Palma Pereira, qui était une disciple de Tania Achot, suivie de Jorge L. Prats, Olga Kern, Jan Michiels, António Rosado et Nikolai Lugansky, qui clôt l’événement.

La pianiste Teresa da Palma Pereira, directrice artistique du Festival, souhaite qu’Oeiras fasse partie de la « feuille de route internationale des festivals de musique classique », avec d’autres sur le continent européen, lit-on dans la même déclaration.

Parallèlement, le Festival organise une série de « masterclasses », pour les jeunes pianistes portugais et étrangers, qui « pourront apprendre directement d’Olga Kern, le 8 juillet, de Teresa da Palma Pereira, du 10 au 12 juillet, et Jan Michiels, du 18 au 20 juillet ».

Dans le cadre de ces « masterclasses », un récital sera promu par de jeunes interprètes et un prix monétaire sera décerné à la meilleure interprétation d’une pièce par un compositeur de la période classique.

Teresa da Palma Pereira est la vedette du concert inaugural, dimanche, dans lequel elle interprète Mozart (Sonate en si bémol majeur K.280), Béla Bartók (« Danses roumaines »), Tchaïkovski (« Danse des Petits Cygnes », de « Swan Lake  » « , avec un arrangement de Nikolai Kashin) et Moussorgski (« Images d’une exposition »).

Le prochain concert, le 3 juillet, est donné par le pianiste cubain Jorge L. Prats, qui interprétera des œuvres de Robert Schumann (Études symphoniques, op.13), Chopin (24 Préludes, op.28) et Maurice Ravel (« La Valse ”).

La pianiste russo-américaine Olga Kern suivra, le 9 juillet, avec Beethoven (« Variations sur un thème de Salieri »), Schumann (« Carnaval »), George Gershwin (3 Préludes), Earl Wild/Gershwin (« Rythme fascinant »), Rachmaninov (Moment musical op.16-4, Études-tableaux op.33-8 et « Polichinelle » op.3-4), Tchaïkovski (« Méditation »), Scriabine (2 Études op.42 – 4 et 5) et Balakirev (« Islamey »).

Le 17 juillet, le pianiste d’origine belge Jan Michiels dédie son programme à Schubert (« Moments Musicaux » D.780), Mendelssohn, avec la transcription pour piano de la 3ème Symphonie, « Escocesa », de Francis Planté, et la Sonate op. 11, de Schumann.

António Rosado, l’un des pianistes portugais les plus remarquables, se produit le 24 juillet, avec un programme exclusivement dédié aux compositeurs français : Claude Debussy (Préludes au Livre 1), Maurice Ravel (« Valses Nobles et Sentimentales »), Erik Satie ( « Valses Nobles et Sentimentales »). Je te veux »), et Francis Poulenc (« Napoli »).

Ancien disciple d’Aldo Ciccolini au Conservatoire Supérieur de Musique de Paris (l’un des principaux interprètes de Satie), António Rosado a été le premier pianiste portugais à interpréter les Intégrales de Préludes et Etudes de Claude Debussy, ayant, en 2007, été distingué par le Gouvernement de France avec l’ordre de Chevalier des Arts et des Lettres.

À la fin du festival, le pianiste russe Nikolai Lugansky interprète les sonates « Tempest » et « Appassionata », de Beethoven, une sélection de « Forgotten Melodies », de Nicolai Medtner, et « Études Tableaux », de Rachmaninoff.

Le pianiste a remporté le Concours All-Union à Tbilissi, en 1988, la même année, il a remporté une médaille d’argent au 8e Concours Bach, à Leipzig, en Allemagne. En 1992, il a été considéré comme le meilleur pianiste à l’Académie internationale d’été, « Mozarteum », à Salzbourg, en Autriche. Au cours des 30 dernières années, il s’est imposé parmi les meilleurs interprètes de sa génération.

Le premier récital, dimanche prochain, commence à 21h00, tous les autres, à 18h00.

Le programme du festival peut être consulté sur https://www.fipoeiras.com/programa/.

NL // MAG