Le directeur national de la police de sécurité publique (PSP) a déclaré aujourd'hui que le comportement des agents qui ont vu leurs condamnations confirmées par la cour d'appel de Lisbonne (TRL) dans l'affaire Cova da Moura sera analysé.

«Allons-y doucement», a-t-il demandé, interrogé sur la décision du 25 novembre de la cour d’appel qui a confirmé la condamnation de sept agents de la PSP au poste de police d’Alfragide, à Amadora, pour divers crimes contre des jeunes à Cova da Moura, en 2015.

«Tout le monde a des affaires pendantes, suspendues dans l'attente d'une décision de justice. Nous passerons à une procédure disciplinaire, qui sera rouverte et relancée, pour analyser les comportements », a déclaré le directeur de la PSP, à l'issue d'une rencontre avec le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, au Palais de Belém, à Lisbonne. .

De plus, il a promis de défendre «jusqu'aux dernières conséquences les agents injustement accusés, y compris sur la place publique».

"Et je n'hésiterai pas à punir les policiers qui violent gravement et intentionnellement leurs devoirs fonctionnels", a-t-il ajouté.

Le 25 novembre, la cour d'appel de Lisbonne a confirmé la condamnation des huit agents PSP du poste de police d'Alfragide, dans la municipalité d'Amadora, pour divers crimes commis contre des jeunes à Cova da Moura en 2015.

Selon le jugement auquel l'agence Lusa a eu accès, le TRL a «rejeté» les recours présentés par les huit accusés et confirmé, «en totalité», le jugement rendu le 20 mai 2019 par le tribunal de Sintra.

Le tribunal de première instance a infligé à sept des accusés, sur une base cumulative, des peines uniques allant de deux mois à cinq ans de prison, avec sursis dans leur exécution pour la même période, pour les délits d'enlèvement, d'atteinte à l'intégrité physique qualifiée et de contrefaçon. , de blessure et de dénonciation calomnieuse.

L'un des accusés, le collège de juges du tribunal de Sintra, présidé par Ester Pacheco, a déterminé que la peine d'un an et demi était effective, car cet accusé avait déjà été condamné dans le passé.

Le tribunal a acquitté neuf des accusés à l'époque et n'a pas prouvé que les accusés condamnés avaient agi avec haine raciale ou qu'ils avaient commis le crime de torture et autres traitements cruels, dégradants et inhumains, c'est pourquoi il a acquitté tous les accusés de cette affaire. la criminalité.

Bien que la motivation raciale et le crime de torture et autres traitements cruels, dégradants et inhumains n'aient pas été prouvés devant les tribunaux, le président du collège de juges a souligné, à l'époque, que "le comportement des accusés constitue un grave abus d'autorité".

Le tribunal de première instance a jugé, lors de la lecture du jugement rendu le 20 mai 2019, qu '«aucun des délinquants n'avait commis de crime» de sorte que les agents avaient la démarche qu'ils avaient, raison pour laquelle certains des prévenus «ont dépassé dans l'exercice leurs devoirs »et« n'a pas respecté les droits des offensés. "

Le tribunal de Sintra a également condamné les défendeurs à verser conjointement plus de 70 000 euros aux victimes.

NS (JGS) // ANP

Le directeur de contenu de PSP veut calme dans l'analyse du processus de police dans le cas de Cova da Moura apparaît d'abord à Visão.