Les classes d’environ 1,2 million d’élèves de la 1re à la terminale ont débuté cette semaine, entre mardi et aujourd’hui, avec une nouvelle année marquée par le démarrage du plan de relance des apprentissages, mais aussi par l’achèvement du processus de municipalisation de l’enseignement, l’une des raisons de la grève du All Teachers Union (STOP), qui a aujourd’hui son dernier jour de grève.

Pour les syndicats qui représentent les enseignants et le personnel non enseignant, les écoles rouvrent « avec les problèmes habituels », selon les termes de Fenprof.

Fenprof sera à Porto aujourd’hui pour faire le point sur l’ouverture et anticiper l’année scolaire qui commence maintenant, mais il avance déjà que les enseignants ont commencé à travailler dans les écoles avec les élèves « sans avoir amélioré les conditions de travail » et avec certains de leurs élèves .les droits fondamentaux, tels que la carrière et la stabilité, « à remettre en cause ».

Et c’est en raison des conditions de travail que le Syndicat indépendant des enseignants et éducateurs (SIPE) tiendra une veillée ce soir à Porto, afin que les négociations avec le gouvernement puissent reprendre sur des questions telles que l’évaluation et l’évolution de carrière.

La veillée aura lieu place Carlos Alberto, à Porto, pour protester « contre deux ans de silence de la part du ministère de l’Éducation », après une séance plénière au cours de laquelle seront décidées les prochaines formes de lutte.

Parmi les revendications figurent la suppression des postes vacants pour l’accès aux cinquième et septième niveaux de la carrière enseignante, l’âge de la retraite, la reformulation du processus d’évaluation et l’instabilité de la carrière enseignante.

La Fédération nationale de l’éducation (FNE) a choisi aujourd’hui de lancer une consultation nationale « en ligne » auprès des enseignants et des non-enseignants, « pour évaluer, en détail, les conditions d’ouverture de la nouvelle année scolaire ».

L’idée est de comprendre si les procédures de sécurité adéquates à la période de pandémie de covid-19 sont prolongées et quels problèmes affectent les conditions de travail et le bien-être de tous les participants à la vie scolaire.

Pourtant, depuis le début de la semaine, il y a eu une grève promue par le Syndicat de tous les enseignants (STOP), qui regroupe tous les professionnels de l’éducation des crèches à l’enseignement supérieur.

Le dernier jour de la rentrée scolaire, marqué par des actions syndicales, le ministre de l’Éducation, Tiago Brandão Rodrigues, visite l’école secondaire Fontes Pereira de Melo, à Porto, où il surveillera le processus de test pour l’enseignement et non- personnel enseignant.

Selon le ministère, il s’agit « d’une des rares écoles de la zone métropolitaine de Porto où se déroule encore cette opération, qui se poursuivra dans les semaines à venir avec les tests des élèves du secondaire et du 3e cycle ».

OUI // HB