Dans une note publiée aujourd’hui sur son site Internet, le procureur général régional de Porto déclare que les prévenus sont, outre la société et l’associé gérant, des personnes occupant des « postes de direction ou d’influence » dans les communes d’Amares, Cabeceiras de Basto, Mondim de Basto, Póvoa de Lanhoso, Vila Nova de Famalicão, Vizela et dans une entreprise publique intercommunale.

Le ministère public demande que deux prévenus et un prévenu perdent les mandats politiques qu’ils exerçaient, l’un en tant que maire, le reste en tant que vice-président de chambre et conseiller municipal.

Sont en cause le maire d’Amares, Manuel Moreira, l’adjoint au maire de Vila Nova de Famalicão, Ricardo Mendes, et l’actuel conseiller à la Chambre de Vizela Dora Gaspar, qui à l’époque des faits était vice-président.

Le ministère public a indiqué que la société commerciale avait pour objet la prestation de services et la commercialisation de produits dans le domaine des technologies de l’information, avec le secteur public comme marché principal, pour avoir développé et commercialisé des produits informatiques destinés à divers activités, organes et institutions de ce secteur.

Toujours selon le député, l’associé gérant de la société a organisé, du 18 au 21 avril 2015, un voyage à Istanbul, destiné aux clients du secteur public, qu’il a baptisé « User Meeting ».

Le voyage aura été organisé « sous prétexte » d’une proposition d’approvisionnement ou de renouvellement d’approvisionnement et de présentation d’un nouveau programme de gestion documentaire, selon le député.

Selon le député, le voyage aurait « l’objectif ultime de parvenir à une interaction étroite et prolongée avec ces clients, dans un contexte de loisirs et d’enthousiasme, qui lui permettrait de créer des affinités et de gagner, ou de tenter de gagner, une disponibilité acquisitive pour les propositions de son entreprise ».

Le voyage comprenait un séjour et un programme de loisirs à Istanbul, avec un dîner surprise, une croisière sur le Bosphore et une visite du bazar égyptien, tous les frais des invités étant pris en charge par la société commerciale défenderesse, à savoir les voyages, l’hébergement à l’hôtel et les loisirs. Activités.

Le député affirme que l’associé gestionnaire s’est efforcé d’envoyer des invitations aux dirigeants municipaux et à d’autres organismes publics, ainsi qu’à des personnes qui, en raison de leur position, pourraient influencer le processus décisionnel concernant l’acquisition des produits que la société commerciale a accusés commercialisé.

Le député souhaite également que chacun des prévenus ayant bénéficié de cette « offre » de la société commerciale défenderesse verse à l’État 885 euros, qu’il a estimé être la valeur de celle-ci et correspondant à l’avantage dont ils disposaient.

VCP // ACG