1-1-e1669908198824-png
le-cumul-de-lallocation-chomage-et-du-salaire-est-a

Le cumul de l’allocation chômage et du salaire est à considérer avec prudence – UGT et CGTP

Les partenaires sociaux s’adressaient aux journalistes à l’entrée d’une réunion du Concert social, au Conseil économique et social, à Lisbonne, où la mesure est débattue cet après-midi.

La mesure qui vise à encourager le retour sur le marché du travail a été présentée par le gouvernement lors du Concert social de novembre, dans le cadre de la discussion de l’accord à moyen terme pour l’amélioration des revenus et, selon le journal Público aujourd’hui, permettra le cumul de 65 % de la subvention avec le salaire, avec pour principaux bénéficiaires les 42 000 chômeurs de longue durée.

Selon une source du ministère du Travail, de la Solidarité et de la Sécurité sociale, citée par le journal, entre le 13e et le 18e mois de chômage, la personne peut cumuler le salaire avec 65% de l’allocation chômage ; entre le 19e et le 24e mois, ce pourcentage tombe à 45 % et, entre le 25e mois et la fin de la période de subvention, il passe à 25 %.

A l’entrée de la réunion d’aujourd’hui, le président de la Confédération du tourisme du Portugal (CTP), Francisco Calheiros, a déclaré qu’il n’était pas au courant de la proposition du gouvernement, mais a indiqué que la mesure sera « positive » en permettant une « augmentation de l’emploi et subvention ». .

Le président de la Confédération du commerce et des services du Portugal (CCP), João Vieira Lopes, a également déclaré qu' »il y a des dizaines de milliers de chômeurs de longue durée », indiquant qu’il était, en principe, favorable à la mesure, qu’il dit qu’il n’était pas au courant spécifiquement.

« Des mesures de ce type peuvent avoir du sens. Maintenant, il convient qu’ils travaillent pendant une période limitée pour tester leur efficacité et ne soient pas des mesures qui restent en permanence », a déclaré le président du PCC.

Du côté des centrales syndicales, le secrétaire général de l’UGT, Mário Mourão, a manifesté la nécessité d’une certaine prudence face à la mesure.

« Nous devons être attentifs à la manière dont cette subvention sera appliquée. Si certaines questions ne sont pas sauvegardées, cela peut être utilisé comme une pratique normale », a averti Mário Mourão.

La dirigeante de la CGTP, Ana Pires, a déclaré, à son tour, que la mesure du gouvernement « part d’un principe erroné ».

« Encore une fois, utiliser l’argent de la Sécurité sociale pour remplir ce qui devrait être des salaires décents que les employeurs devraient payer est, pour nous, un principe erroné », a souligné Ana Pires, estimant qu’il s’agit « de mesures palliatives spécifiques ».

« Qu’adviendra-t-il de ces salaires à la fin de la mesure de soutien ? Les travailleurs ont-ils une baisse de leur salaire ? », s’est interrogée Ana Pires, défendant la nécessité de mesures qui « permettent une augmentation générale des salaires ».

DF // JNM

Articles récents